Accident posiblement mortel lrue Queen, Lennoxville.Spectre Média : Frédéric CÃ'té

«Série noire sur les routes», c'est reparti!

La période de l'année qui coïncide avec fin du printemps et le début de l'été est habituellement le début d'une « série noire sur les routes du Québec », soit les 75 jours les plus meurtriers de l'année.
Si le passé est garant du futur, encore 100 personnes, y compris une vingtaine de jeunes de 16 à 24 ans, périront sur les routes de la province au cours des prochaines semaines.
Selon la Fondation CAA-Québec, ces décès pourraient être évités ou leur nombre pourrait être réduit de façon importante par le changement de certains comportements.
« La période des bals de finissants coïncide avec le début d'une série noire sur les routes du Québec : les 75 jours les plus meurtriers de l'année, soit de la Fête nationale à la fête du Travail », regrette le directeur de la Fondation CAA-Québec, Marco Harrison.
« Malheureusement, les jeunes conducteurs sont surreprésentés dans le bilan routier, et encore davantage pendant cette période. »
Durant cette période, c'est l'équivalent de quatre classes de 33 étudiants (16-24 ans) qui meurent ou se blessent gravement, illustre-t-on dans un communiqué de presse.
On dénombre 27 pour cent des décès de toute une année chez les conducteurs de 16 à 19 ans, alors que c'est plutôt 19 pour cent chez les conducteurs de tous âges. On compte le quart des décès d'une année sur les routes. Au total, au cours des six dernières années, 106 jeunes de 16 à 24 ans sont morts.
Les conducteurs de 16 à 24 ans sont impliqués dans autant d'accidents graves que ceux de 25 à 34 ans. Sauf que ces derniers sont 64 pour cent plus nombreux à détenir un permis de conduire.
Les km/h s'additionnent, mais les risques se multiplient. Un impact à 50 km/h, c'est comme faire une chute de 3 étages. À 100 km/h, c'est 12 étages. À 90 km/h, quitter la route des yeux pendant cinq secondes, c'est l'équivalent de traverser un terrain de football les yeux fermés.
La majorité des jeunes qui font le test des textos sur le simulateur de conduite de la Fondation CAA-Québec quittent la route des yeux près de la moitié du temps. Il y a 24 fois plus de risques de faire un accident avec un taux d'alcool entre 0,08 et 0,15.
De plus, si tout le monde s'attachait en tout temps, 35 décès seraient évités chaque année.