Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La population sherbrookoise est invitée à signer le Manifeste pour la sécurité des femmes à Sherbrooke jusqu’au 14 mars.
La population sherbrookoise est invitée à signer le Manifeste pour la sécurité des femmes à Sherbrooke jusqu’au 14 mars.

Sécurité des femmes: un manifeste pour dénoncer la situation

Lilia Gaulin
Lilia Gaulin
initiative de journalisme local, La Tribune
Article réservé aux abonnés
La population est invitée jusqu’au 14 mars à signer le « Manifeste pour la sécurité des femmes à Sherbrooke » qui sera déposé à la séance du conseil municipal de la Ville de Sherbrooke le 15 mars prochain. Ce manifeste raconte l’histoire de plusieurs femmes s’étant notamment fait interpeller ou suivre avec insistance par des inconnus.

C’est à la suite d’une expérience bouleversante que Guylaine Cliche a décidé de mettre en branle ce manifeste recueillant les mauvaises expériences de nombreuses femmes, et ce, aux quatre coins de la ville de Sherbrooke.

« J’ai vécu mon expérience le 23 juillet, l’été passé. En rentrant chez moi le soir, j’ai partagé mon histoire sur Facebook pour dire “attention, les femmes de Sherbrooke : voici ce qui vient de m’arriver.” Le lendemain matin quand je me suis réveillée et que j’ai vu la quantité de commentaires et de partages, je n’en revenais pas », explique-t-elle.

« Quand j’ai appelé au poste de police pour avoir une copie du rapport, j’ai compris qu’il n’avait pas eu de rapport, comme il n’y avait pas eu de crime de commis. Ça voulait dire que je n’avais pas beaucoup de ressources pour que je puisse passer au travers. Sur le coup, ça m’a un peu fâchée donc j’ai fait une vidéo invitant les femmes à me faire part de leurs témoignages pour que je monte un dossier », ajoute-t-elle.

Mme Cliche a écrit le manifeste de concert avec d’autres membres de la communauté. Tous les témoignages inclus dans le manifeste sauf un concernent des événements qui se sont produits à l’été 2020. « Combien de femmes ont vécu la même chose et ne m’ont pas écrit ? Il y en a plein... »

Mme Cliche croit que des mesures concrètes doivent être mises en place afin de protéger les femmes. « On veut mobiliser les autorités pour qu’ils mettent en place des solutions tangibles rapidement. Nous avons des comités de la sécurité à la Ville de Sherbrooke. Je pense qu’il est important que ces ressources sachent ce qui se passe dans leur ville. »

Elle souhaite que la prévention soit davantage mise de l’avant. « Souvent, la Ville va travailler sur les infrastructures, mais sur le plan humain qu’est-ce qui se passe ? Qu’est-ce qu’elle fait sur le plan des oppresseurs ? »

Les citoyens peuvent signer le manifeste directement sur la page Facebook de Guylaine Cliche.

Pour consulter le manifeste, cliquez ici.