Les propriétaires du Studio M Yoga, Marie-Soleil Larose et Charles M. Brunelle, désirent également développer le volet de yoga corporatif dans les prochaines années.
Les propriétaires du Studio M Yoga, Marie-Soleil Larose et Charles M. Brunelle, désirent également développer le volet de yoga corporatif dans les prochaines années.

Se renouveler en temps de crise

SHERBROOKE — Malgré la pandémie de la COVID-19, le Studio M Yoga, situé sur la rue King Ouest à Sherbrooke, s’est renouvelé en usant de créativité.

Les propriétaires de l’entreprise, Marie-Soleil Larose et Charles M. Brunelle, ont mis au cœur de leurs priorités leur clientèle. « On a continué d’être à l’écoute de leurs besoins. Les gens viennent, car ils ont besoin de se détendre et de se retrouver », souligne la dame. 

Malgré la crise, le Studio M Yoga a mis sur pied des cours virtuels grâce à des Facebook Live ainsi qu’à une plateforme numérique. « Certaines personnes nous le demandaient. Nous sentions que c’était un besoin, souligne les propriétaires de l’établissement. Du yoga en ligne, il y en a à profusion. Toutefois, notre formule répondait au besoin de se rassembler. »

Depuis le 18 juin, des cours de yoga au parc Jacques-Cartier seront offerts. « Dans le respect de la règlementation pour les rassemblements extérieurs, nous avons sondé notre communauté à savoir si elle voulait avoir une séance au parc soit le jeudi ou le dimanche. Nous nous sommes rendu compte que ce n’était pas un ou l’autre que les gens voulaient, mais bien les deux », note le copropriétaire, Charles M. Brunelle. 

Des avancées technologiques

La crise de la COVID-19 a permis au Studio M Yoga d’évoluer. « Il fallait se sortir de la peur pour se réinventer, avouent-t-ils. C’est là qu’on voit toutes les possibilités. »

Un virage numérique a été effectué plus rapidement que prévu. « On a probablement fait un bond de 10 ans en avant », mentionne Charles M. Brunelle. Le Studio M Yoga pourrait éventuellement offrir un modèle hybride à ses clients. « Quand les lois vont nous le permettre, nous allons ouvrir le studio, puis nous allons également diffuser les cours sur le web. Nous allons faire un deux en un. Les gens auront la possibilité d’utiliser leur forfait de chez eux. Il reste quand même à attacher les ficelles de tout ça sur le plan technologique et légal. Il faut que tout le monde soit confortable », ajoute Mme Larose.

Des besoins financiers importants

La fin des subventions pour les entreprises inquiète les propriétaires. « Nous sommes à la mi-juin et on n’entend pas parler du renouvellement des subventions pour les loyers commerciaux, pour nous c’est un gros morceau. Nous restons optimistes, mais jusqu’à un certain point. Nous avons beaucoup de frais fixes. »

Le Studio M Yoga collabore avec Olab Yoga qui a annoncé récemment sa fermeture sur sa page Facebook. L’établissement, situé sur la rue King Ouest, reprendra une partie de la clientèle du défunt studio. « Les propriétaires nous avaient approchés avant la fermeture afin de pouvoir offrir quelque chose à leur clientèle. Ce n’est jamais facile dans un contexte où on a des abonnements et des forfaits à respecter. Ce sont des décisions déchirantes. »

Se ressourcer en temps de pandémie

Les propriétaires du Studio Enjoyoga, Karina Brown et Émilie Gauthier, ont profité de la pandémie pour se ressourcer et prendre du temps auprès de leur famille. « D’un commun accord, nous avons décidé de nous écouter et de ralentir. En tant que maman et entrepreneure, nous avons pris ce temps comme un congé de maternité que nous n’avions jamais eu », souligne Mme Gauthier.

Depuis huit ans, l’entreprise offre des cours en plein air durant l’été. « On continue notre beau travail à l’extérieur pour profiter de la nature. Nous avons toujours été très présentes. C’est un aspect important pour nous. » 

Cette année, les cours en plein air débuteront le 22 juin. Des sessions de kickboxing et de conscience du mouvement prénatal et postnatal à l’extérieur seront également offertes pour la première fois.

Malgré les mesures de distanciation sociale, l’entreprise restera fidèle à ses habitudes. « On va s’adapter avec les mesures de distanciation, mais l’entreprise va rester la même avec nos couleurs joyeuses, lumineuses et positives », note Mme Brown.