Carol Boulet

Sa petite-fille frappée par un automobiliste à Rock Forest, il met la Ville en demeure

Carol Boulet, ex-membre de l’équipe de campagne du maire Steve Lussier, a mis la Ville en demeure oralement, lundi soir, en raison d’un accident impliquant sa petite-fille de six ans. Celle-ci a été frappée par une voiture le 3 octobre, à l’intersection du boulevard Bourque et de la rue du Président-Kennedy, dans le secteur Rock Forest.

M. Boulet rapporte que l’accident est survenu au même moment que la conférence de presse pour annoncer les 15 ans du programme Bon pied, bon oeil, visant à assurer les traverses piétonnes sécuritaires.

« La signalisation y est déficiente et insuffisante. Depuis le 30 mars 2018, nous avons interpellé M. [Pierre] Tremblay à plusieurs reprises et il a fait de même auprès des responsables de la signalisation. En date d’aujourd’hui, tout ce qu’on nous dit, c’est ce que ça fait partie de l’ensemble de la révision de la signalisation du secteur et que les budgets ne sont pas là. »

Carol Boulet rapporte que la nouvelle murale au centre-ville a aussi été inaugurée le même jour. « On a de l’argent à Sherbrooke pour peinturer des murs, mais on n’a pas d’argent pour peinturer des lignes pour les piétons. »

Le citoyen demande d’interdire le virage à droite sur feu rouge à cette intersection, de peinturer des corridors de sécurité et d’installer des feux pour piétons. Il demande aussi l’accompagnement des enfants par des brigadiers. « Vous pouvez considérer mon intervention verbale comme une mise en demeure. »

La directrice du Service des infrastructures urbaines, Caroline Gravel, a indiqué que les sommes pour des travaux à cette intersection sont prévues pour 2019. « Nous attendons des travaux qu’un promoteur doit faire de l’autre côté du boulevard, sur Henri-Labonne, avant de procéder. Actuellement, il y a un bouton pour les piétons pour que la lumière tourne au rouge, mais ce qui s’en vient, ce sont des feux pour les piétons. »

Le conseiller du district, Pierre Tremblay, a commenté la situation malgré les mises en garde de la présidente du conseil Nicole Bergeron, qui lui rappelait que la Ville venait d’être mise en demeure.

« Les bandes jaunes sur la chaussée préviennent les automobilistes qu’un piéton pourrait traverser. Pourrions-nous intervenir, sans avoir tout ce qui est en attente? Pourrions-nous, à tout le moins, faire du marquage au sol. On pourrait améliorer de beaucoup la sécurité des piétons en général. »

À la période des messages, il a ajouté que des besoins semblables étaient manifestés près de l’école du Boisjoli.

« La Ville a refait le surfaçage sur Président-Kennedy à l’été 2018. Depuis ce temps, le marquage n’a pas été refait. Les citoyens qui se sont informés ont eu comme réponse que la Ville n’avait pas d’argent. Les citoyens sont rendus à se plaindre au député André Bachand. On pourrait protéger des centaines de piétons et d’écoliers de tous les âges. Personnellement, j’ai épuisé toutes mes ressources, alors M. le Maire, je vous demande de mettre à profit les pouvoirs qui vous sont confiés. »

Le maire Steve Lussier n’a pas commenté en raison de la mise en demeure adressée à la Ville.