Marc Denault

Rue King Ouest: Denault demeure sur sa faim

Le conseiller du district de Montcalm, Marc Denault, n'est pas complètement satisfait des propositions intégrées dans le plan directeur d'aménagement et de développement de la rue King Ouest. M. Denault souhaiterait une plus grande emphase sur l'intersection King-Jacques-Cartier.
Déposé au conseil municipal la semaine dernière, le plan directeur vise à déterminer les orientations pour les transformations à apporter à la rue King Ouest, entre le boulevard Jacques-Cartier et le pont Montcalm, pour les 15 prochaines années. Une consultation publique sur le sujet est prévue mercredi à 19 h, au bureau de l'arrondissement Jacques-Cartier.
Le tronçon visé mesure environ 1,5 km. Le plan suggère notamment d'aménager une entrée piétonne pour le parc Jacques-Cartier, face à la Cité du Parc, et l'aménagement d'une place publique identitaire au coin de la rue Vimy. Il suggère aussi d'élargir certains trottoirs.
« Au fil des années, le coin King-Jacques-Cartier est devenu un milieu de vie, où les gens travaillent, se divertissent. C'est un des endroits les plus densifiés dans la ville. Dans l'est, quand on entre au coin Papineau et King, il y a vraiment une signature qui démontre le dynamisme et la volonté de vouloir changer les choses. Peut-être est-ce relié aux coupures budgétaires, je ne sens pas ce dynamisme pour le coin King-Jacques-Cartier. C'est selon moi le coin le plus important, le plus dynamique, où il se passe le plus de choses durant toute l'année », déplore Marc Denault.
« Il y a eu beaucoup d'immobilisations, d'investissements privés dans ce secteur. Les aménagements ne vont même pas jusqu'au pont Jacques-Cartier, qui devrait faire partie entièrement des aménagements. Le Times est quand même une marque, une signature intéressante au coin Belvédère. Pourquoi ne pouvons-nous pas nous donner cette même connotation? Je crois que le coin mérite ce genre de signature. Je suis gêné quand je vois que les gens doivent traverser sur des terre-pleins en concassé ou en gravelle. »
« Le nouveau centre-ville »
Hélène Dauphinais reconnaît qu'il est temps de moderniser le secteur. « On dit souvent que le coin King-Jacques-Cartier est le nouveau centre-ville. Il faut être prêt quand on regarde le projet Well inc. à voir qu'il y aura de la concurrence qui amènera beaucoup de gens là. »
Un constat que ne partage pas sa collègue Diane Delisle. « Je ne le vois pas comme un concurrent, mais comme un complément. »
Christine Ouellet y voit une occasion de redonner ses lettres de noblesse au secteur en utilisant l'attrait naturel qu'est le lac des Nations. « Malheureusement, le lac est caché par du vieux bâti. Il y a du bâti agréable à regarder et d'autre qui est peut-être moins harmonieux. Des percées visuelles ont été prévues dans le temps. S'il y a des démolitions, qu'elles soient prévues pour donner des accès directs au lac pour les piétons et les cyclistes. »
Chantal L'Espérance, présidente de l'arrondissement a rappelé que plusieurs éléments décoratifs ont été retirés du plan pour générer des économies. « Nous avons finalement maintenu certains éléments à la sortie du pont Montcalm jusqu'au coin Queen-Victoria pour qu'il y ait une transition harmonieuse. »
Suzanne Bergeron, urbaniste-designer coordonnatrice à la Ville de Sherbrooke, rappelle qu'un plan directeur « est une vision globale et à long terme, parce qu'on parle de transport, de patrimoine, des parcs et espaces verts. Ce sera notre référence en urbanisme et pour tous les services pour la planification de ce secteur-là ».
Les investissements nécessaires pour réaliser les aménagements physiques proposés atteindraient 10 M$. Les études connexes, entre autres les études de faisabilité et de circulation coûteraient 130 000 $.