Une portion de la rue Galt Ouest, où se trouve le Café Aragon, sera fermé jusqu’au 17 août en raison de travaux de reconstruction d’égouts et d’aqueduc sur la rue Dieppe.

Rue Galt fermée : des commerçants pris par surprise

Plusieurs commerçants établis sur la portion de la rue Galt Ouest fermée depuis lundi en raison des travaux de la rue Dieppe s’indignent de ne pas avoir été clairement avertis d’une telle opération.

« Si on avait su, on aurait peut-être pris nos vacances à ce moment-ci plutôt que vers la fin juin. On est rentrés pour ouvrir le restaurant lundi matin et on n’était pas capables de se rendre. Et depuis ce matin [mercredi], l’eau est in and out. Les contremaîtres perdent leur temps pour venir nous aider », commente Kéren Richard, copropriétaire du Café Aragon.

Les clients « courageux » se stationnent à l’écart, puisque la rue est entièrement fermée entre et les rues Saint-Gilles et Saint-Gérard. « On n’ouvre pas la terrasse en ce moment, avec les allées et venues des camions il y a trop de poussière. »

Mme Richard estime qu’elle perd actuellement les deux tiers de sa clientèle régulière. « Ça nous fait un peu peur parce que le mois d’août, c’est fou pour nous d’habitude. Les étudiants reviennent s’installer en ville, ils passent avec leurs parents. »

Outre les inconvénients engendrés par les travaux, c’est surtout l’absence de communication de la part de la Ville qui l’irrite. « On a reçu un avis il y a un ou deux mois, disant qu’on manquerait d’eau à un moment dans l’été et qu’on serait tenus au courant. Il n’était pas question de fermer la rue Galt Ouest. C’est surtout drôle à une ère de communication comme celle-ci où il y a tous les moyens possibles pour nous joindre », avance-t-elle.


«  Ils devraient nous avertir quand ça va nous toucher.  »
Gabrielle Homans, copropriétaire du Chou de Bruxelles

Même son de cloche de la part de Gabrielle Homans, copropriétaire du Restaurant Le chou de Bruxelles, qui vient de rouvrir après les vacances de la construction.

« Les travaux, je les comprends, ils n’ont pas le choix de les faire, mais ils devraient nous avertir quand ça va nous toucher. »

Elle a été aussi surprise que Mme Richard en début de semaine lorsqu’elle s’est aperçue du détour que doivent maintenant prendre ses clients. Elle a d’ailleurs contacté chacun d’eux pour les en avertir.

Autre malencontreux incident issu des travaux, son restaurant a été débranché du système d’eau permanent par erreur le mois dernier. Doutant de la qualité de l’eau de la source temporaire et recevant « des versions différentes à la suite de trois appels logés à la Ville », elle s’est plutôt tournée vers de l’eau embouteillée.

« Je n’ai rien reçu m’annonçant qu’on me couperait l’eau ou qu’on fermerait la rue. Je trouvais ça particulier pour un aussi gros chantier qu’on ne puisse pas avoir de référence. Par contre, les employés du chantier se sont montrés très compréhensifs et disponibles », partage Mme Homans.

À la Ville de Sherbrooke, on affirme avoir envoyé un avis au début du mois de mai, indiquant que de travaux de reconstruction d’égouts et d’aqueduc auraient lieu sur la rue Dieppe, de la rue Pacifique jusqu’à la rue Galt Ouest. On mentionnait que les travaux se dérouleraient sur une période de douze semaines à partir du 7 mai et on y fournissait les coordonnées de la personne responsable du chantier. L’échéancier exact d’une telle opération, souligne-t-on, est difficile à prévoir.

La rue Galt Ouest demeurera fermée jusqu’au 17 août. La Ville se dit ouverte à bonifier ses façons de faire au besoin et assure vouloir aider les commerçants du mieux qu’elle le peut.