Des travaux ont eu lieu sur la route 220 cette année pour ajouter une voie menant à la bretelle d'accès à l'autoroute 10. Lundi, on a procédé à du marquage.

Route 220: le MTQ procède à des travaux de marquage

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a procédé lundi à une autre réalisation visant à améliorer la fluidité du trafic à l’intersection de la route 220 et de l’autoroute 10, souvent théâtre de congestions.

Des travaux de marquage ont été effectués selon une nouvelle configuration, notamment en provenance du secteur industriel.

La nouvelle voie de virage à droite a été mise en service le 8 novembre, en fin de journée, à l’intersection de la route 220 et du chemin Godin, soit du côté de la bretelle d’accès à l’autoroute en direction de Saint-Élie, note Dominique Gosselin, porte-parole du MTQ.

« Les travaux ont consisté à ajouter une voie à droite vers l’autoroute. Pour les automobilistes qui viennent de Sherbrooke vers Saint-Élie, il y a donc quatre voies maintenant : une pour tourner à gauche, deux pour aller vers Saint-Élie et une autre pour aller vers l’autoroute », explique-t-elle à La Tribune.

« Nous pensons que cette nouvelle configuration aidera à la fluidité de la circulation dans le secteur. »

L’intervention du MTQ dans ce secteur se veut « séquentielle », ajoute Mme Gosselin. On prévoit la construction d’une passerelle multifonctionnelle pour les piétons et cyclistes. La future structure, à construire en 2020, remplacera la piste cyclable aménagée sur le viaduc qui enjambe l’autoroute 10. 

La passerelle sera distincte du pont, précise Dominique Gosselin. « Les travaux doivent débuter au printemps 2020. La passerelle, qui sera installée du côté nord, sera à trois mètres du viaduc, dit-elle. Si un jour nous devons remplacer le pont, nous n’aurons pas à toucher à la passerelle. »

« On pourra alors aménager une voie de plus sur le pont en prenant l’espace libéré par la piste cyclable actuelle. Il y aura deux voies dans chaque direction. »

Le viaduc en question, construit en 1978, est en bon état, assure-t-elle.

220/249

Pour ce qui est de l’intersection problématique des routes 220 et 249, le MTQ prévoit toujours l’aménagement d’un carrefour giratoire pour diminuer la dangerosité du secteur. Dans un premier temps, commente Mme Gosselin, on a implanté des arrêts obligatoires.

« Notre étude confirme que c’est le carrefour giratoire qui est la solution optimale dans ce secteur », note-t-elle.

« Mais c’est un projet complexe et il y a des étapes à respecter. Il faut prévoit quelques années de planification. Nous travaillons sur le projet. Est-ce qu’il y a des acquisitions de terrains à faire? Est-ce qu’il y a du déplacement de services publics? »

Dominique Gosselin réagissait à une sortie publique d’un citoyen habitant tout près de l’intersection mortelle des routes 220 et 249, dans le secteur Saint-Élie, qui saluait l’initiative du MTQ d’ajouter deux arrêts, mais qui réclamait ultimement un carrefour giratoire.