Guillaume Rousseau, candidat du Parti québécois dans la circonscription de Sherbrooke

Rousseau invite Vachon à faire preuve d’humilité

Le candidat péquiste Guillaume Rousseau répond à son adversaire caquiste Bruno Vachon et l’appelle à faire preuve d’humilité. Il rétorque aux propos selon lesquels l’élection de Bruno Vachon serait plus historique que celle du Parti québécois à Sherbrooke.

Lors de son lancement de campagne, M. Rousseau avait invité les Sherbrookois à écrire l’histoire en votant pour lui. Le lendemain, Bruno Vachon rétorquait qu’il n’y aurait rien d’historique à élire un représentant du Parti québécois, alors que la formation souverainiste a pu compter sur un député sherbrookois à quatre occasions.

Lire aussi : « Ce qui serait historique, ce serait de m'élire moi » - Bruno Vachon

Lire aussi : Guillaume Rousseau invite les Sherbrookois à écrire l'histoire

« Quand j’entends Bruno Vachon déclarer que l’élire serait historique, je trouve que ça manque d’humilité et de franchise. D’humilité parce que l’histoire d’un peuple ou d’une communauté ça ne tourne pas autour d’une seule personne, ça tourne autour d’un grand nombre de personnes », écrit Guillaume Rousseau dans un communiqué.

Il avance que dans son discours, il ne parlait pas à la première personne et qu’il faisait référence à l’histoire en parlant de la nouvelle génération de souverainistes, entre autres Solange Masson dans Saint-François et Véronique Vigneault dans Richmond.

« Je ne pense pas que l’élection de M. Vachon serait tant historique. D’abord parce qu’il est un politicien présent dans le paysage politique depuis plus d’une décennie à Sherbrooke. Ensuite parce qu’il est un libéral depuis toujours et continue de l’être encore aujourd’hui. »

Il fait ainsi référence à des dons versés par Bruno Vachon au Parti libéral du Québec dans les dernières années. 

« Il devrait avoir la franchise d’avouer qu’il a été d’accord avec les politiques d’austérité libérale et qu’il souhaite aujourd’hui les poursuivre à la sauce caquiste. Bref, élire un rouge déguisé en bleu, ce serait clairement moins historique que d’élire une nouvelle génération de vrais bleus! »