L’ancien conseiller du district de l’Université, Jean-François Rouleau, n’exclut pas un retour à l’hôtel de ville dans un rôle de conseiller. « Je n’ai pas travaillé à la campagne de Steve Lussier, mais s’il a besoin d’aide, je suis disponible», dit-il.

Rouleau prêt à aider Lussier

« Je m’inquiétais de savoir si la population suivait les élus, je suis content de constater que c’est le cas, qu’ils ont compris qu’on pouvait fonctionner sans ligne de parti. Maintenant, le plus gros défi (du nouveau maire) c’est de se construire une équipe. J’espère qu’il saura s’entourer », lance Jean-François Rouleau au lendemain de l’élection de l’indépendant Steve Lussier à la mairie de Sherbrooke.

L’ancien conseiller du district de l’Université, qui a tiré sa révérence en octobre après 27 ans au conseil municipal, n’exclut pas un retour à l’hôtel de ville dans un rôle de conseiller.

« Je n’ai pas travaillé à la campagne de Steve Lussier, mais s’il a besoin d’aide, je suis disponible, déclare Jean-François Rouleau. Il ne peut pas faire ça tout seul, c’est important. J’ai de bonnes idées pour aider aux opérations et au budget. Je pense qu’il y a pas mal à faire au niveau du paramunicipal entre autres, qu’on pense à Innopole, Destination Sherbrooke ou Commerce Sherbrooke. En quelques années, on est passé de six employés à environ 24 personnes, il y a un problème. Un payroll de 3 M$ à Destination Sherbrooke, il est temps qu’on regarde ça. J’ai aimé la sortie de Steve Lussier sur la culture, je pense qu’on peut questionner les structures et faire les choses différemment. »

Si l’inexpérience politique de certains conseillers devrait rapidement être prise en charge par les vétérans, Jean-François Rouleau croit aussi que ces derniers pourront bien conseiller le nouveau maire. « Nous, on a eu la chance d’avoir des coachs quand on est arrivés, il y a de l’expérience encore disponible avec les Marc Denault et Nicole Bergeron. Ce sera au maire de faire appel à eux. »

Le dépôt d’une plainte de Jean-François Rouleau contre Bernard Sévigny à la Commission municipale du Québec en tout début de campagne électorale a peut-être influencé le vote, fait valoir Serge Paquin, qui a aussi pris sa retraite du conseil en octobre. Rouleau, lui, croit que c’est un ensemble de choses qui ont joué en défaveur de Sévigny, dont la présence de la ministre Marie-Claude Bibeau auprès du Renouveau Sherbrookois. « Ça, en tout respect pour Marie-Claude, c’était inapproprié, note Rouleau. La plainte, c’est venu démontrer la préoccupation pour le manque de transparence qui a sévi au cours de la dernière année. »

Cette plainte quant à l’attribution d’une entente d’exclusivité dans le dossier Well inc. suit d’ailleurs son cours, la Commission municipale du Québec ayant expédié un accusé de réception à Jean-François Rouleau il y a deux semaines.