Robert Sargeant a plaidé coupable, vendredi, à l’accusation d’homicide involontaire coupable de Félix Bergeron et au complot d’introduction par effraction pour y commettre un vol qualifié.

Robert Sargeant reconnaît avoir poignardé à mort Félix Bergeron

Robert Sargeant reconnaît avoir poignardé à mort Félix Bergeron au centre-ville de Sherbrooke en juillet 2018.

C’est une transaction de cellulaire qui a mal tourné qui est à l’origine de cette affaire qui a coûté la vie à l’homme de 21 ans.

À lire aussi: Mort de Félix Bergeron: deux accusés admettent le braquage de domicile

Meurtre de Félix Bergeron: les accusés se donnent une semaine de réflexion

Sargeant a plaidé coupable, vendredi, à l’accusation d’homicide involontaire coupable de Félix Bergeron et au complot d’introduction par effraction pour y commettre un vol qualifié avec William Pratte et Brandon Vaillancourt.

Félix Bergeron a été tué à son logement de la rue Sanborn le 18 juillet dernier au centre-ville de Sherbrooke.

Un exposé conjoint des faits a été déposé au juge Conrad Chapdelaine de la Cour du Québec.

Vaillancourt, Pratte et Sargeant se sont rendus au logement de Félix Bergeron pour récupérer un cellulaire que Sargeant avait acheté de Bergeron.

Un bâton de baseball a été amené sur place, mais n’a jamais été utilisé lors de cette « visite » qui visait à récupérer le cellulaire, mais aussi la drogue chez celui qui allait devenir la victime dans cette affaire.

Pendant que Vaillancourt discutait avec Félix Bergeron, Robert Sargeant est entré dans le logement de la rue Sanborn.

Une bagarre a éclaté entre Sargeant et Félix Bergeron.

Sargeant a donné sept coups de couteau à Félix Bergeron dont un au cœur qui a été fatal.

Pratte et Vaillancourt ont volé les stupéfiants qui se trouvaient dans le logement.

Ils ont quitté les lieux convaincus que Félix Bergeron était hors de danger.

Les trois accusés ont fourni une déclaration vidéo dans cette affaire.

Trois témoins, dont Brandon Vaillancourt, seront entendus lors des observations sur la peine qui auront lieu le 29 juillet.

La poursuite a déposé une requête pour que Sargeant soit déclaré délinquant à contrôler en raison de ses antécédents judiciaires où il a été condamné à deux peines de plus de deux ans en matière de violence.

William Pratte et Brandon Vaillancourt ont reconnu en février leur implication dans cette affaire.

Ils ont plaidé coupables au braquage de domicile chez la victime, mais ont été acquittés de l’accusation d’homicide involontaire coupable de l’homme de 21 ans.

Les observations sur la peine dans leurs dossiers seront fixées le 5 juin. 

Me Claude Robitaille représente le ministère public dans cette affaire, alors que Me Vinh Nguyen défend Sargeant.