La direction de la résidence Unique Sherbrooke refuse de verser l’ensemble des primes accordées par le gouvernement à ses travailleurs qui s’occupent des résidents, dénoncent le syndicat des employés et la CSN.
La direction de la résidence Unique Sherbrooke refuse de verser l’ensemble des primes accordées par le gouvernement à ses travailleurs qui s’occupent des résidents, dénoncent le syndicat des employés et la CSN.

Résidence Unique : la CSN dénonce les primes non versées

SHERBROOKE — La direction de la résidence Unique Sherbrooke refuse de verser l’ensemble des primes accordées par le gouvernement aux travailleuses et travailleurs qui s’occupent des soins des résidents en cette période de pandémie.

Le syndicat et la CSN demandent l’intervention du gouvernement provincial.

Pourtant, ces sommes sont transmises par le CIUSSS de l’Estrie — CHUS à la suite de la mise en application des primes annoncées par le gouvernement Legault. Cet employeur fait bande à part, prétendant que les travailleuses et les travailleurs gagnent suffisamment et n’ont pas besoin de cette prime, affirme le syndicat. 

S’il a finalement décidé de verser la prime aux préposés aux bénéficiaires après les pressions syndicales, l’employeur refuse toujours de verser les primes aux autres employés, tout en niant l’existence du syndicat, ajoute-t-on dans un communiqué de presse. 

« Nous déplorons ce manque de respect de la résidence Unique envers les travailleuses et les travailleurs. L’employeur nous envoie un bien mauvais message! » dénonce Denis Beaudin, président du Conseil central des syndicats nationaux de l’Estrie — CSN. « Faut-il lui rappeler que le personnel est au rendez-vous chaque jour depuis le début de la pandémie pour répondre aux besoins des résidents? » 

« Ce n’est pas compliqué. L’employeur doit faire une chose et le faire maintenant : verser les montants des primes gouvernementales aux travailleuses et travailleurs de sa résidence. Ça ne peut plus durer! Comment le CIUSSS et le gouvernement peuvent-ils accepter la situation? Il faut remettre à l’ordre cet employeur. »

La crise de la COVID-19 a montré à la population l’importance du travail réalisé par le personnel des centres d’hébergement pour aînés. Que ces personnes œuvrent dans le secteur public ou dans les résidences privées, ces travailleuses et ces travailleurs méritent une reconnaissance permanente de leurs efforts, poursuit M. Beaudin. Les primes temporaires accordées par le gouvernement montrent l’urgence d’agir pour attirer et retenir le personnel dans ce secteur névralgique.

« Si l’objectif de l’employeur est de montrer que la seule chose qui lui tient à cœur, c’est d’engranger des profits sur le dos des aîné.es et du personnel, il est bien parti! » dit-il. 

« Le temps passe et les employé.es ont droit aux primes. Elles doivent être versées rétroactivement dès maintenant! »

Jointe pour avoir sa version des faits, la direction la résidence s’est abstenue de formuler des commentaires.