Michel Lambert
Michel Lambert

Rattrapé par des crimes commis il y a 35 ans

Un individu de 67 ans de Sherbrooke est rattrapé par son passé, alors qu’il doit faire face à la justice pour des crimes commis il y a plus de 35 ans.

Michel Lambert a comparu devant le tribunal à Sherbrooke pour être accusé de crimes sexuels sur cinq plaignants entre 1985 et 2008. Tous les plaignants étaient mineurs lors des gestes qui lui sont reprochés.

Des accusations d’agressions sexuelles, de contacts sexuels, d’incitation à des contacts sexuels et d’acte de grossière indécence ont été portées contre lui. 

« C’est une enquête de plusieurs mois qui nous a permis d’étayer la preuve et de porter les accusations contre cet individu », explique le porte-parole du Service de police de Sherbrooke (SPS) Martin Carrier.

Après sa comparution devant le tribunal, mercredi, l’individu sans antécédent judiciaire a été remis en liberté après s’être engagé à respecter une série de conditions.

Il ne pourra pas notamment contacter ou se trouver en présence des cinq victimes alléguées. Une interdiction de se trouver en présence de mineurs a aussi été imposée à Michel Lambert.

L’accusé ne pourra pas se trouver dans les parcs ou dans tout endroit où pourraient se trouver des enfants de moins de 16 ans ou occuper un emploi ou faire du bénévolat auprès de personnes de moins de 16 ans.

Selon les actes d’accusation, Lambert doit répondre de gestes de grossière indécence et d’agression sexuelle entre juin 1983 et décembre 1987 sur un premier plaignant. D’autres accusations concernant cette même personne, soit des attouchements sexuels, des incitations à des contacts sexuels sur une personne de moins de 14 ans et des agressions sexuelles, ont été autorisées entre janvier 1987 et juin 1990.

La procureure aux poursuites criminelles Me Laila Belgharras a aussi porté des accusations de contact sexuel et d’incitation à des contacts sexuels sur des personnes de moins de 14 ans entre octobre 1993 et octobre 1997, juillet 1994 et juillet 1997 ainsi qu’entre juin 1996 et juin 2001.

L’autre série d’accusations concerne aussi des gestes de contact sexuel et d’incitation à des contacts sexuels sur une personne de moins de 14 ans puis de moins de 16 ans entre septembre 2005 et septembre 2008.

« Cet individu aurait pu faire d’autres victimes. Les enquêteurs du SPS travaillent en collaboration étroite avec les procureurs aux poursuites criminelles et pénales dans ce dossier, et d’autres accusations pourraient être éventuellement déposées », explique le porte-parole du SPS Martin Carrier.

C’est Me Mélissa Gilbert qui assure la défense de Michel Lambert.

Le SPS demande aux citoyens qui auraient pu être victimes de cet individu de contacter l’enquêteure Sophie Breton au 819 821-5544 ou Échec au crime au 1 800 711-1800.