Pierre-Luc Grenier, mécanicien en chef, Robert Rodrigue, en charge du café-comptoir, Jean-Francois Godbout, responsable du marketing et du « bonheur client », et Francis Rancourt, conseiller.

Rassembler autour d’un café... et d’un sport

Un cuistot, un mécano, un pro du vélo. Les passions s’unissent au Café-Vélo des Nations, qui a ouvert ses portes la semaine dernière aux abords du lac des Nations.

Les associés Robert Rodrigue, Pierre-Luc Grenier et Francis Rancourt, avec l’aide financière de l’homme d’affaires Michel Rodrigue, ont voulu rassembler les gens autour du vélo avec un concept unique en ville.

Inspirés par l’idée des « cafés-vélos » européens, ils ont aménagé, dans leur commerce installé rue de la Glacière, un espace de vente et de location, un atelier de mécanique et un coin comptoir-café.

« C’est réellement une expérience client personnalisée. On veut aussi conserver un côté chaleureux et connaître le nom des gens qui entrent, comme une grande famille », établit Francis Rancourt, conseiller et responsable de la section boutique.

Situé à trois coups de pédales de la piste cyclable et à cinq minutes à deux roues du parc du Mont-Bellevue, le Café-Vélo des Nations dispose d’un emplacement idéal pour répondre aux besoins de sa communauté, sportive ou simplement curieuse.

« C’est ouvert à tout le monde. Les gens sont parfois gênés d’apporter leur vélo en réparation, il n’y a pas de vélo gênant. Ils sont aussi parfois embarrassés de venir magasiner un vélo en raison de leur budget. Non, passez nous voir et on va trouver quelque chose pour vous », dit Francis Rancourt.

Le commerce recevra sous peu une vingtaine de vélos qui seront mis en location, dont six seront des modèles dotés d’un moteur électrique. Conçus pour assister le cycliste, ces engins dernier cri permettent de pédaler plus longtemps et plus facilement, laissant la chance à tous d’apprécier la balade.

Cuisinée sur place chaque jour, la nourriture est spécialement pensée pour un mode de vie sain. « J’ai voulu faire un menu pour la clientèle sportive, qui s’adresse quand même à tout le monde. J’ai des sandwichs et des salades à personnaliser au goût et j’offre également des boîtes-repas prêtes à partir sur la route », partage Robert Rodrigue, qui assure pouvoir combler tous les appétits.

L’établissement sert également les smoothies de la compagnie sherbrookoise Evive, des thés, du kombucha et une panoplie de boissons à base de café espresso.

« Ceux qui ne roulent pas à vélo sont aussi les bienvenus! », souligne Robert Rodrigue.

Les vieux murs de pierre, les panneaux de bois rustiques et le monte-charge d’époque qui ornent le café enchanteront également marcheur de plaisance, étudiant ou caféinomane.

Miser sur le « bonheur client »

Le coin boutique affiche fièrement des vélos en tout genre, soit hybrides, pour la montagne, électriques ou de type « gravel bike ». On y retrouve principalement les marques Louis Garneau et Devinci; les associés croient important d’encourager les fabricants québécois.

« On n’a peut-être pas une tonne de marques, mais on connaît extrêmement bien nos vélos. C’est là-dessus qu’on a voulu miser », affirme Pierre-Luc Grenier, mécanicien en chef.

Il n’est pas à son premier jour dans les bottines d’un mécanicien de vélo. Il a même reçu une formation spécialisée en réparation de suspensions et de selles télescopiques.

Le Café-Vélo voit déjà grand, d’où les multiples partenariats qu’il a déjà mis en branle avec d’autres entreprises et organisations, dont Destination Sherbrooke.

Le commerce servira de point de rencontre pour les groupes de cyclistes qui, accompagnés d’un guide, réaliseront la route des bières ou des murales de Sherbrooke.

« On aimerait même leur livrer nos boîtes-repas à un point déterminé dans le circuit. Ils n’auraient pas l’inquiétude de devoir apporter un repas! » ajoute Pierre-Luc Grenier.

« On va aussi créer le groupe “les 5 plus” pour la clientèle dans la cinquantaine, qui elle aussi veut se mettre en forme et pratiquer des loisirs. Ils se rassembleront ici et partiront en promenade à pied ou à vélo! » s’emballe Jean-François Godbout, responsable du marketing et du « bonheur client » de l’entreprise.

Ce n’est pas la saison hivernale qui fera ralentir la fougue de l’équipe. « On ne sera pas arrêtés. On va découvrir l’hiver à vélo en groupe avec des “fatbikes” », rassure Jean-François Godbout.