La copropriétaire du bar Liverpool, Annie Faucher

Quartier Well Sud: « Enfin, on avance! »

Après avoir prévenu les élus municipaux qu’ils n’avaient plus droit à l’erreur dans le dossier du Quartier Well Sud, la copropriétaire du bar Liverpool, Annie Faucher, se dit maintenant soulagée de savoir que le projet a fait l’unanimité au sein du conseil municipal. Mais elle souligne qu’il reste encore beaucoup à faire d’ici à ce que le projet soit inauguré officiellement.

La femme d’affaires, qui a suivi de près le projet depuis ses débuts, a d’abord tenu à saluer le fait que le projet du consortium Custeau-EXP a obtenu l’unanimité des membres du conseil municipal.

À lire aussi: Well Sud calqué sur Well inc. [VIDÉO]

« Enfin, on avance! Mais le travail ne fait que commencer », a indiqué Mme Faucher, qui est également vice-présidente de l’Association des gens d’affaires du centre-ville de Sherbrooke.

Après l’échec en 2018 du processus entourant le concept Well inc., Mme Faucher croit qu’il était important que les élus adoptent à l’unanimité le concept soumis par le consortium Services EXP-Groupe Custeau afin que la revitalisation de la rue Wellington Sud se mette en marche.

« Malgré ce qui s’est passé l’an dernier, je sens que le Groupe Custeau a vraiment le goût de s’investir dans le centre-ville. Le fait d’être allé chercher EXP, qui va amener 200 emplois au centre-ville, ça prouve qu’ils croient en l’avenir du centre-ville. Tout ça va animer le centre-ville, les commerces, les rues, etc. Et ça va entraîner d’autres investissements, j’en suis convaincue. »

Quant aux commentaires voulant que le Quartier Well Sud ne soit qu’une réplique de Well inc., Mme Faucher croit qu’il faut mettre les choses en perspective.

« Ce qui a été rejeté l’an dernier, ce n’est pas le concept, c’est le processus qui a entouré tout le projet, dit-elle. Que le Groupe Custeau revienne un an plus tard avec sensiblement le même concept, je n’ai pas de problème avec ça. Il faut comprendre qu’élaborer un concept, préparer un dossier, faire des maquettes, ça coûte quand même des milliers de dollars. On ne jette pas ça à la poubelle... »

Maintenant que le consortium et le concept sont connus, Mme Faucher croit qu’il est temps pour la Ville de tout mettre en œuvre pour que la réalisation du concept se fasse de la façon la plus harmonieuse possible.

« Avec tous les chantiers qui vont se mettre en branle au centre-ville au cours des prochains mois, que ce soit la reconstruction du pont des Grandes-Fourches, l’élargissement de la rue Galt Ouest, tout ça va demander une coordination, une concertation et une collaboration de tout le monde. Il est important que la Ville mette en place des canaux de communication efficaces tout au long des travaux. La communication, c’est ce qui va être la clé dans tout ce qui s’en vient. »