Les élus municipaux siégeront à l'hôtel de ville pour une dernière fois lundi avant de mettre leur siège en jeu.

Présences au conseil : 18 élus obtiennent une note de plus de 90 %

Les élus municipaux siégeront à l'hôtel de ville pour une dernière fois lundi avant de mettre leur siège en jeu. À quelques jours du dernier conseil municipal, La Tribune a obtenu la compilation des présences des élus aux différentes instances municipales au cours des quatre dernières années. Si la conseillère Nicole A. Gagnon arrive en tête avec un taux de présence de 98 %, ce sont les vétérans David Price et Jean-François Rouleau qui compilent le plus d'absences.
En moyenne, les deux hommes ont été présents à 84 % des rencontres auxquelles ils étaient conviés. Tous deux ont annoncé qu'ils ne solliciteront pas de nouveau mandat cet automne. Ils sont les deux seuls à obtenir une note sous les 90 %.
Le président du conseil et du comité exécutif, Serge Paquin, reçoit une note parfaite pour son assiduité au conseil municipal, étant le seul à n'avoir manqué aucune réunion. À 99 %, il est aussi le meneur, avec Mme Gagnon et Robert Pouliot, pour les séances du comité plénier. Sa moyenne, à 95 % pour l'ensemble des comités, est toutefois plombée par une assiduité de 63 % au comité de sécurité publique.
David Price, lui, a été présent à 85 % des réunions du conseil, 86 % des comités pléniers et 80 % des séances du conseil d'arrondissement. « C'est que je représente la Ville à la Fédération canadienne des municipalités (FCM) et je siégeais à leur conseil d'administration. 99 % de mes absences s'expliquent de cette façon. Il y avait quatre réunions par année, et c'était toujours les lundis ou les mardis. J'ai aussi voyagé pour eux parce que j'étais coprésident du comité de la sécurité ferroviaire et du comité des infrastructures et du transport. J'avais demandé à Bernard Sévigny d'aller à la FCM, mais j'ai dit que je ne prendrais pas de présidences de comités. »
Jean-François Rouleau affiche un pointage semblable, soit 85 % au conseil municipal, 83 % aux comités pléniers et 83 % à l'arrondissement. « J'ai été présent pratiquement 365 jours par année, 52 semaines par année pour mes citoyens. C'était ma priorité. Mon téléphone n'est jamais fermé pendant mes vacances. Toutes mes absences étaient motivées. Je ne suis pas mal à l'aise. Je ne voyais pas l'utilité d'assister aux huis clos quand tout est décidé d'avance de toute façon. Les autres réunions que j'ai manquées étaient en conflit avec des activités à l'arrondissement. Les réunions spéciales sont souvent ajoutées à la dernière minute alors que j'ai déjà planifié des rencontres du comité étudiant, du Triolet ou de l'Université. »
Dans les arrondissements, Nicole A. Gagnon et Chantal L'Espérance obtiennent des notes parfaites. À 81 %, Bruno Vachon est l'un des plus absents. « Les réunions sont le lundi soir à l'arrondissement, mais quand c'est férié, c'est remis le mardi midi, ce qui entre en conflit avec le comité exécutif. Je n'ai pas manqué d'ateliers de travail, seulement des réunions qu'il fallait ouvrir et fermer en raison de la loi, mais pour lesquelles il n'y a rien à l'ordre du jour. Ça arrive souvent en juillet et en décembre. Je ne suis pas gêné. Mon taux de présence est plus qu'excellent. »
Le maire Bernard Sévigny estime que la réduction du nombre d'élus n'entraînera pas une multiplication des conflits d'horaires. « Il n'y aura pas le même nombre de comités. Nous préparons une réorganisation complète pour éviter qu'il y ait deux ou trois événements en même temps. Ça fait partie des considérations de la réflexion qui sera soumise au prochain conseil municipal. Clairement on ne peut pas maintenir 29 comités à 14 élus. »
Le maire sortant convient qu'on ne peut espérer « que tout le monde soit présent 100 % du temps ».
Le calcul tient compte des présences au conseil municipal, aux comités pléniers, aux séances du conseil d'arrondissement, et, pour les élus concernés, aux activités des comités de la culture, du sport et du plein air, du développement social et communautaire, de la sécurité publique, des relations interculturelles et de la diversité et de l'environnement. S'ajoutent le comité consultatif d'urbanisme et le comité exécutif. Les séances extraordinaires sont incluses, contrairement aux activités des paramunicipales. La compilation tient compte de toutes les réunions en date du 25 septembre.