Simon DuBois

Premier podium pour Simon DuBois

Simon DuBois avait une très bonne raison de vouloir arriver à Sydney le plus vite possible : sa conjointe Érica, à qui il a dit au revoir il y a déjà 4 mois, l’y attendait.

« J’avais dit à mes coéquipiers : s’il y a une étape dans laquelle je veux finir en avant des autres, c’est celle-là. J’étais super compétitif », rapporte celui qui s’est embarqué à bord d’un voilier dans le cadre de la compétition Clipper Around the World Yacht Race en août dernier.

Apparemment, l’amour lui a donné un coup de pouce : son équipage Visit Seattle a terminé deuxième sur le podium pour cette étape. « C’est très satisfaisant, ça fait longtemps qu’on espère monter sur le podium – on a terminé quatrièmes deux fois –, et là on y est arrivés. On avait seulement 10-15 minutes de retard sur le premier voilier », explique le Sherbrookois.

Cette première étape australienne consistait en un trajet de Fremantle, à l’ouest du pays, jusqu’à Sydney, au sud-est. « On est partis avec beaucoup d’émotions, puisque lors de la dernière étape, il y a eu un naufrage et un décès. » L’équipage a affronté des conditions météo variées : des températures très chaudes, qui ont chuté lorsque le bateau est descendu sous le 40e parallèle; des journées très venteuses; d’autres, plus calmes...

Mais c’est vraiment la compétition serrée qui a marqué les esprits. « On était à vue d’un autre bateau pendant 90 % de la course, ça rendait ça super compétitif. On voulait toujours faire mieux et le dépasser », raconte Simon DuBois. « Ç’a été une course extrêmement serrée, les bateaux ont fini dans des temps rapprochés. Dans la section sprint qui dure 6 h, on s’est fait devancer par 15 secondes seulement de notre plus proche concurrent... »

Noël à l’autre bout du monde

Simon DuBois a pu vivre l’ivresse de la victoire dans les bras de celle avec qui il s’est marié peu avant son départ. « C’est le plus beau cadeau que je pouvais espérer. Ça faisait du bien de la revoir... ce projet-là, elle en est un peu le maître du jeu, c’est avec elle que j’ai préparé toute l’aventure. Elle me pousse depuis le début et m’a encouragé à me lancer à la conquête de mon rêve. Dans les moments difficiles, c’est elle qui me soutient, et qui me rappelle mon objectif de réaliser le tour du monde, et que ça se passe bien », dit-il.

Les participants seront donc arrêtés à Sydney pour fêter Noël, jusqu’à la prochaine étape qui se déroulera du 26 au 30 décembre.

« Ce sera un des moments forts de la course, parce que nos 11 bateaux rejoindront une course encore plus grosse, la Rolex Sydney Hobart Yacht Race, qui est iconique dans le monde de la voile. Il y a plus d’une centaine d’autres bateaux sur la ligne d’arrivée, dont certains sont conçus spécifiquement pour cette course et valent des millions... Participer à une course aussi relevée, c’est énorme! C’est un des highlights que je recherchais en participant à cette aventure. »

Ensuite, une troisième étape se déroulera en Australie, avant que les équipages mettent le cap sur la Chine, et amorcent la traversée du « furieux Pacifique ».

« Cette première victoire, ça donne le goût de gagner encore, c’est tellement motivant, c’est un gros boost pour l’équipe... On pense qu’on est en bonne position, on a une bonne dynamique équipe. »