Plusieurs records de chaleur battus en Estrie

L’Estrie a enfilé les records de chaleur au cours des derniers jours. Une canicule dont on se souviendra longtemps.

Lundi, on a battu un sommet à 32,2 degrés qui remontait à 1921. Dimanche, avec 33 degrés on a dépassé la marque établie en 1938 quand il avait fait 32,2 degrés. Samedi, il a fait 32,8 degrés, soit un petit peu plus que la température observée le 19 juin 1931, soit 32,2 degrés.

À LIRE AUSSI: Une visite à la plage en temps de canicule?

Les coups de chaleur, aussi un risque pour les chiens

« En Estrie et ailleurs au Québec, plusieurs records sont tombés », constate André Cantin, météorologue chez Environnement Canada.

« On peut dire que l’été commence en force. »

Ce temps chaud et humide est provoqué par le courant-jet qui a décidé de nicher au nord du pays. Cela laisse toute la place aux systèmes météo qui nous viennent du nord des États-Unis. Les vents en altitude sont faibles ce qui fait que la chaleur stagne sur notre région, explique-t-il.

« Habituellement, les fluctuations de températures sont plus fréquentes à ce temps-ci de l’année. On peut avoir des périodes de chaleur, mais on revient plus vite vers les normales », dit le spécialiste.

« C’est le genre de scénario qui va arriver plus fréquemment avec les changements climatiques dans le futur. »

Rappelons que les municipalités ont pris des mesures pour permettre à la population de se rafraichir. Notamment la Ville de Sherbrooke a ouvert le centre communautaire Françoise-Dunn, un endroit climatisé. Le centre sera ouvert encore pour deux jours, souligne-t-on.

Mardi, l’humidex pourrait atteindre le 41 degrés.

Cette chaleur aura une fin. Selon André Cantin, la cassure aura lieu dans la nuit de mardi à mercredi. Elle pourrait se produire avec de la pluie forte et du temps violent.

Les canicules créent des cellules orageuses qui peuvent provoquer des orages isolés, dit-il.

Il n’est pas exclu qu’on soit confronté à des rafales et de la grêle.