Plusieurs commentaires sur la murale #Sherbylove

La fameuse murale dévoilée en fin de semaine au centre-ville de Sherbrooke fait réagir fortement les internautes sherbrookois.
Sur la page Facebook de La Tribune, l'oeuvre située à l'angle des rues King Ouest et Wellington Nord soulève les passions. Les commentaires vont des fonds pour sa réalisation à la présence du mot-clic #sherbylove sur la murale.
Pour Sébastien Bélanger, «peu importe le résultat, il va toujours avoir des gens qui chialeront. #Sherbylove est très représentatif de Sherbrooke sur les réseaux sociaux, donc très représentatif pour la génération sherbrookoise actuelle.»
L'internaute Jean-Paul Roy ajoute que la murale est superbe, «mais l'utilisation de l'anglais ne permet pas de l'apprécier... Au contraire, sa symbolique est navrante et décevante pour les Sherbrookois...», écrit-il. «Dommage d'avoir contribué à son érection au coeur de ma ville.»
«En passant, dans la langue française, il existe le verbe lover, qui veut dire embrasser», souligne Denis Bégin.
«Donc #Sherbylove, veut aussi dire embrassons la ville de Sherbrooke et travaillons ensemble pour la promouvoir.»
La «facture»
Le montant de la «facture finale» par rapport à la «facture initiale» ne manque pas de faire réagir les habitués de la page Facebook du journal.
Repplons que le conseil municipal a accepté de porter le budget de l'oeuvre à 319 000 $, alors que le montant initialement budgété se chiffrait à 180 000 $.
«C'est très beau comme murale, j'adore le trompe-l'oeil, lance Caroline Gagnon. Mais 300 000$, ça en prend des touristes pour payer ça!»
Pour sa part, Lisette Leclerc Émond aimerait savoir quoi représente la murale «au juste». «Ça représente une augmentation des taxes pour les contribuables...», répond Carine Lefebvre.
Enfin, Thérèse Bernier trouve que la plupart des murales sont magnifiques. «Ce sont des dépenses, mais en plus de créer de l'emploi, nous pouvons admirer durant des années, contrairement aux feux d'artifice.»