La critique de film Helen Faradji (à gauche) et la maestria Lise Bellehumeur (au centre) participeront au 7e Festival cinéma du monde de Sherbrooke. Elles sont accompagnées sur la photo de la directrice générale de l’événement Malika Bajjaje.

Plus de place aux critiques au FCMS

Le Festival cinéma du monde de Sherbrooke a décidé de brasser les cartes pour sa 7e édition du 2 au 9 avril. Son jury fera plus de place aux critiques du cinéma et ce n’est nulle autre que Helen Faradji qui le présidera pour la compétition internationale.

Mme Faradji est une critique de film bien connue. Elle participe à de nombreuses émissions de radio et de télé. Elle a accepté sans hésitation la présidence du jury pour le volet international.

« J’ai regardé un peu l’historique du festival et le choix des films était vraiment intéressant, indique-t-elle. Je vis à Montréal et je travaille à Montréal et souvent on a une vision du cinéma un peu montréalocentriste qui me semble un peu limitée. Il n’y a pas que le plateau Mont-Royal comme sujet de film. »

« Les initiatives qui font exister le cinéma un peu partout au Québec sont essentielles, poursuit-elle. On sait à quel point la diffusion du cinéma est compliquée surtout en région. C’est difficile de voir les films et d’y avoir accès. Toute initiative pour promouvoir le cinéma ailleurs qu’à Montréal, j’encourage ça du plus profond de mon cœur. »

Serge Langlois, qui a été à la barre de l’émission Cinérama sur les ondes de CFAK pendant 15 ans, Annissa Laplante, enseignante du Départmenet de littérature et de communications au Cégep de Sherbrooke, ainsi que l’auteur, comédien et metteur en scène Patrick Quintal compléteront le jury pour le volet international de la compétition. Un juré provenant du public sera ajouté ultérieurement.

« On est content que les jurés ne soient pas tous des spécialistes du cinéma, note Malika Bajjaje, directrice du festival. On a besoin d’un autre regard. On a des acteurs ou des actrices habituellement, mais cette année on est vraiment allé avec des critiques du cinéma. » 

Les gagnants de la compétition régionale seront quant à eux déterminés par Anik Salas, réalisatrice et présidente de Réalisatrices équitables, Santiago Bertolino, réalisateur et scénariste indépendant, et Annissa Laplante, qui siégera sur les deux jurys.

Le grand retour de l’Orchestre du septième art

La dernière fois que l’Orchestre du septième art a performé à Sherbrooke, c’était en 2016. L’orchestre fera toutefois un retour en grand à l’occasion du FCMS avec une présentation le 8 avril au Théâtre Centennial.

L’OSA y présentera son ciné-concert Hommage aux compositeurs internationaux de musique de film. Les spectateurs pourront notamment entendre des compositions de John Williams (Le parc jurassique), Ennio Morriconne (Il était une fois dans l’Ouest), Mychael Danna (Histoire de Pi) et Alexandre Desplat (Le jeu de l’imitation).

« On est en formation symphonique et on projette des images sur écran géant pendant qu’on joue, explique la directrice Lise Bellehumeur. Ce n’est pas pour raconter l’histoire du film, mais pour faire découvrir l’importance de la musique dans le film. Le public adore ça, le concept fonctionne. »

La soprano sherbrookoise Catherine Elvira Chartier et le groupe Twa, un trio de percussionnistes de Sherbrooke, accompagneront l’orchestre sur scène.

« Les cinéphiles vont vivre des émotions avec l’histoire du film, mais derrière l’histoire il y a toujours de la musique, résume Mme Bajjaje. C’est avec la musique qu’on crée des émotions. J’ai déjà vu l’OSA en spectacle et je suis tombé en amour avec le concert. »

La programmation complète du festival sera dévoilée le 11 mars prochain. Les passeports, le laissez-passer illimité et les billets pour le ciné-concert sont déjà en vente.