Le département de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu subit une grande pression alors qu’il fait face à une augmentation de sa clientèle et à des durées de séjours plus longs, alors que le manque de main-d’œuvre est toujours important.
Le département de psychiatrie de l’Hôtel-Dieu subit une grande pression alors qu’il fait face à une augmentation de sa clientèle et à des durées de séjours plus longs, alors que le manque de main-d’œuvre est toujours important.

Peur et tensions en psychiatrie

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Plusieurs employés du département de psychiatrie à l’Hôtel-Dieu craignent pour leur sécurité quand ils se présentent à leur travail. Quand les patients se retrouvent en situation de crise, il manque régulièrement de personnel formé et compétent pour les contrôler. De plus, les salles d’isolement essentielles dans ce genre de situations sont souvent occupées par des patients que l’on ne peut coucher nulle part ailleurs.