Plusieurs centaines de personnes ont participé à la course à relais 02.

Persévérer dans la course; persévérer à l'école

SHERBROOKE - Promouvoir la persévérance scolaire, l'activité physique chez les jeunes et rapprocher tout le monde œuvrant de près ou de loin à la commission scolaire : voilà la raison d'être de la Course à relais O2. Même le directeur général de la Commission scolaire de la Région-de-Sherbrooke, Christian Provencher, se prête au jeu.

«Même le conseil des commissaires s'est constitué une équipe ! assure-t-il. Ce matin (samedi), la température était plus froide quand on a démarré, mais ça s'est réchauffé et on n'a pas eu de pluie. Nous sommes très satisfaits. Ce que je remarque, c'est qu'il y a beaucoup de membres du personnel qui participent, car ce sont les écoles qui s'inscrivent. De plus, beaucoup d'enfants participent à la course.»

Pour lui, la Course O2 est faite pour se développer. «Ç'a comme objectif de déployer l'ensemble de ce qu'on est comme individu à l'intérieur de la société. On voit que les jeunes viennent se dépasser, persévérer avec des adultes. Ça nous permet des rapprochements à l'ensemble de la population», pense M. Provencher.

Des participants contents

Léonard Drolet, élève de deuxième année du primaire, a adoré la course. Celui-ci en était à sa deuxième participation. «J'ai beaucoup aimé, car c'était seulement un kilomètre. Je n'ai pas vraiment fait de sprint. Je vais à l'école Brébeuf, mais je courais pour l'école de ma mère. Je cours souvent, mais pas tous les jours. J'ai couru tout le long du kilomètre ! Je vais sûrement le refaire l'an prochain. Mon sport préféré est le parcours.»

«C'est extraordinaire, dit la maman, Molie Dalpé. Ça marie les écoles secondaires et primaires, autant le personnel que les enseignants et les élèves. C'est une belle compétition, on s'encourage sur le parcours. Ma fille de quatre ans est ici, elle veut suivre. Ils baignent là-dedans depuis qu'ils sont jeunes», affirme-t-elle, tout sourire.

L'organisatrice de l'événement, Mary-Lou Butterfield est contente de voir le succès de l'événement, qui en était à sa huitième année. En effet, 550 coureurs ont enfilé les pas à un moment ou à un autre de la course. S'il y a des prix pour les participants, ce n'est pas nécessairement le premier arrivé à la fin du parcours qui est récompensé. «C'est un peu comme à l'école, décrit-elle. Ce qu'on veut, c'est que tout le monde s'implique dans la réussite. On est gagnants à tous coups quand on participe au relais. Tout le monde a sa médaille de participant et on fait tirer trois bourses au hasard parmi les écoles participantes pour un projet en lien avec la persévérance scolaire», résume-t-elle.


Le Marche/Cours le Haut permet d'amasser 2000$

SAINT-ISIDORE-DE-CLIFTON - Les coureurs amassés à la ligne de départ, bien qu'ils soient tous différents les uns des autres, ont la même détermination dans les yeux et le même sourire au visage. Même si dame Nature ne les a pas gâtés, ils sont au rendez-vous pour amasser des fonds afin de donner accès à des activités sportives et culturelles aux jeunes de la région.

La 6e édition du Marche/Cours pour le Haut s'est déroulée samedi matin à Saint-Isidore-de-Clifton. Près de 300 coureurs ont bravé la température fraiche et les gouttelettes de pluie pour participer à l'évènement de financement, qui a permis d'amasser 2000 $.

«On a eu un peu moins d'inscriptions qu'à l'habitude cette année en raison de la température, mais on est très content de la participation des gens qui sont venus malgré les conditions défavorables, confie Isabelle Bibeau, agente de développement des loisirs à la MRC du Haut-Saint-François. C'est un évènement qui se veut familial, il y a beaucoup de jeunes enfants et de poussettes, c'est beau à voir. On est content du montant qu'on a amassé et les collations en surplus vont aller au Club des Petits Déjeuners ici au village.»

Les participants ont pris part à des courses de un, deux, cinq et 10 kilomètres dans le village pour amasser des fonds afin de rembourser une partie des coûts associés à l'inscription des enfants à des activités sportives et culturelles.

«La course de 10 kilomètres a été la plus courue cette année. Des gens de clubs de course de Cookshire-Eaton et d'East Angus ont d'ailleurs pris part aux différentes courses. Les gens sont heureux d'encourager une bonne cause, tout l'argent amassé sert directement à faire la promotion de saines habitudes de vies et de réduire les coûts d'inscription des enfants de la MRC à des activités sportives et culturelles, poursuit Mme Bibeau.»

Une bonne cause

Pierre Tremblay, de Cookshire-Eaton, a décidé de participer à l'évènement avec ses deux filles pour la première fois cette année. Ils sont venus à Saint-Isidore-de-Clifton pour prendre part à la coursede deux kilomètres et pour encourager la cause soutenue par l'évènement.

«On n'était pas sûr de venir à cause de la météo, mais on a décidé de prendre une chance quand même, raconte-t-il. C'est une belle occasion de passer un bon moment en famille et surtout, c'est pour une bonne cause. Les enfants doivent prendre part à des activités enrichissantes en dehors des heures de classe le plus possible, c'est bon pour eux. On a été chanceux, on a juste reçu quelques gouttes de pluie.»

Le préfet de la MRC du Haut-Saint-François Robert Roy est venu faire sa course matinale lui aussi. Il a pris part à la course de cinq kilomètres, encourageant au passage les organisateurs et les organisatrices dans leurs démarches.

Maxence Dauphinais-Pelletier