Lorsque la Ville a donné son aval au projet revitalisation à l’automne, l’ouverture de la prison Winter était prévue pour 2021. Cependant, la crise a retardé l’ensemble des projets.
Lorsque la Ville a donné son aval au projet revitalisation à l’automne, l’ouverture de la prison Winter était prévue pour 2021. Cependant, la crise a retardé l’ensemble des projets.

Patrimoine bâti : Paul Gingues demande un allègement

Alors que la Vérificatrice générale (VG) du Québec déplore la preuve d’exemplarité de l’État en matière de sauvegarde et de valorisation du patrimoine immobilier, le président du comité de la culture à la Ville de Sherbrooke, Paul Gingues, déplore la difficulté de travailler avec le ministère de la Culture et des Communications du Québec.

« C’est difficile de faire affaire avec le ministère. Il y a toujours des contraintes additionnelles. C’est très compliqué », exprime le conseiller municipal qui est au comité de la culture à la Ville de Sherbrooke depuis deux ans. 

« Je peux vous confirmer que la tâche de conserver le patrimoine bâti est très lourde pour les municipalités, explique M. Gingues. Beaucoup de personnes ont travaillé sur ces mandats de décembre jusqu’à la COVID pour monter des dossiers, ne sachant pas si les bottines allaient suivre les babines. C’est inquiétant. Il faudrait un signal fort du ministère. Est-ce qu’on fait attention à notre histoire ? Le “ Je me souviens ” n’est pas une plaque d’automobile. Il faut que ça entre dans la culture du Québec. On a un patrimoine bâti de toute beauté à Sherbrooke. On est l’une des plus vieilles villes du Québec et on aimerait bien conserver nos bâtiments patrimoniaux, entre autres. » 

Quelle est la demande concrète au ministère de la Culture et des Communications pour assurer la pérennité de ces édifices ? « Si c’est une priorité pour eux, qu’ils nous envoient un signal fort, clair et précis. Et est-ce qu’on peut avoir un allégement ? On a procédé à un inventaire de ce qui devrait être préservé à la Ville. La prison Winter est un exemple, mais il y en a plein d’autres. On ne parle pas encore du bâtiment patrimonial résidentiel, qui est très présent, entre autres dans le vieux nord », indique-t-il, ajoutant que la Ville n’a pas terminé son inventaire. M. Gingues ne peut cependant pas quantifier le coût qu’engendrait l’entretien de toutes les bâtisses de cet inventaire, qui n’est pas encore sorti.

Paul Gingues n’a pas à chercher très loin pour citer l’exemple d’un édifice dont le patrimoine n’a pas été préservé. « On n’a pas pu s’occuper de l’Hôtel Wellington et regardez ce qui est arrivé. Les gens nous disaient qu’il fallait préserver ça, il était déjà trop tard. La structure n’était plus récupérable. À la prison Winter à l’heure actuelle, la structure est encore solide. On peut probablement réussir à faire quelque chose », dit-il, vantant la beauté de la cour extérieure.

Prison Winter

Ce rapport pourrait jouer en faveur de l’élément important qu’est la prison Winter, selon le directeur de la Société d’histoire David Lacoste.

« Le projet est dans la pile de dossiers à étudier, rappelle M. Lacoste. Est-ce que le rapport de la VG va accélérer l’étude de ces dossiers ? Espérons-le. Mais mon idée n’est pas de mettre de la pression sur des partenaires potentiels. »

« Ce qu’on veut, c’est une sensibilisation du patrimoine de la part de la ministre [Nathalie Roy], demande-t-il. On a fait nos démarches dans le cadre de la prison Winter pour le programme d’Aide aux immobilisations pour les bâtiments culturels. Ça va bien, les démarches sont en cours. »

« Dans le cas de Winter, ça donne une tape sur les doigts à la ministre, peut-être en effet que ça relève des gouvernements antérieurs. Par contre, si la VG avec son rapport permet d’ouvrir les horizons, tant mieux pour Winter. On va espérer que ça fasse partie de l’offre plus globale. »

2021 

Lorsque la Ville a donné son aval au projet de revitalisation à l’automne, l’ouverture de la prison Winter était prévue pour 2021. Cependant, la crise a retardé l’ensemble des projets. 

« On a retardé de trois mois, ce qui nous a permis de déposer des demandes et de continuer des démarches, précise David Lacoste. Juste d’aller en appel d’offres et de faire les constructions, on en a pour environ un an à un an et demi. Et on n’a l’approbation de personne. On n’a pas bouclé le budget. Si je commence aujourd’hui, ça ira en 2022. »

Un budget a été débloqué pour faire de la recherche sur l’histoire de la prison Winter et colliger de l’information en vue de monter les visites. Le travail sera effectué d’ici le mois de mars.

La phase 1 du projet de réfection de la prison Winter coûtera 3 M$. Le projet total, lui, coûtera 8,5 M$. Jusqu’à maintenant, la Ville de Sherbrooke, via son budget d’immobilisation 2020-2022, et Destination Sherbrooke ont accordé 750 000 $.