La Ville de Sherbrooke a levé l'interdiction de stationner dans ses rues la nuit à 31 reprises depuis le 15 novembre. Mais depuis le 3 janvier et jusqu'au 14 mars, cela ne sera pas possible.

Pas de stationnement de nuit dans les rues jusqu'au 14 mars

Même si certains automobilistes ont pu trouver ça pratique, il ne sera plus possible de stationner dans les rues de Sherbrooke la nuit au moins jusqu'au 14 mars prochain.
En effet, le projet pilote en cours à Sherbrooke depuis le 15 novembre prévoit d'emblée que du 3 janvier au 14 mars, aucune levée d'interdiction du stationnement hivernal de nuit ne sera décrétée.
Les services municipaux ont justifié cette approche par le fait que les activités de déneigement ou d'épandage sont quasi quotidiennes durant cette période.
Pour le citoyen Bruno Labbée, qui a reçu une contravention de 48 $ à 1 h 30 dans la nuit du 3 janvier pour avoir laissé son auto dans la rue, c'est réellement décevant.
« Il faisait beau ce soir-là. Ils n'annonçaient pas de précipitations. C'est fâchant. Je n'avais pas vu qu'on n'avait pas le droit (de se stationner dans la rue) », se défend ce citoyen du secteur Fleurimont qui a profité des levées d'interdiction à plusieurs reprises cet hiver. « De toute façon les déneigeurs ne passent pas avant 9 h dans ma rue. Comme je pars travailler à 8 h, je ne vois pas en quoi mon auto les dérange. »
Si l'on en croit les commentaires postés par plusieurs citoyens sur la page Facebook de la Ville, il n'est pas le seul à penser que Sherbrooke devrait permettre plus souvent le stationnement de nuit dans ses rues l'hiver.
« Je considère que ça ferait partie de vos bons coups de garder en vigueur ce projet pour la qualité de vie à Sherbrooke! C'est très contraignant cette interdiction! », écrit notamment la citoyenne Karine Julien.
Rappelons que la Ville de Sherbrooke a assoupli son règlement sur le stationnement de nuit dans les rues cet hiver. L'interdiction est maintenue en tout temps temps entre le 15 novembre et le 31 mars, de minuit à 7 h, mais elle peut être levée si les conditions météorologiques et les opérations de déneigement le permettent. Cela concerne toutefois trois périodes spécifiques, soit du 15 novembre au 15 décembre, du 24 décembre au 2 janvier, ainsi que du 15 au 31 mars.
Dans le cas où le stationnement est permis, la Ville s'est engagée à diffuser l'information sur son site internet à partir de 16 h.
À la Ville de Sherbrooke comme au Service de police, il n'a pas été possible de savoir jeudi si beaucoup de contraventions avaient été données les nuits où le stationnement était interdit durant les deux premières périodes.
Il semble toutefois que le 22 novembre, soit la première nuit où le stationnement était interdit après une semaine de levées, pas moins de 300 automobilistes auraient trouvé un constat d'infraction dans leur pare-brise à leur réveil.
Le président du comité exécutif, Serge Paquin, qui est aussi président du comité municipal sur le stationnement, estime pour sa part que le projet pilote semble positif jusqu'à maintenant.
« La collaboration des citoyens est bonne et cela ne semble pas avoir nui aux opérations de déneigement, dit-il, glissant du même souffle que les bacs roulants mis en bordure de rue la veille de la collecte plutôt que le matin même posent davantage problème.
De là à dire que des levées d'interdiction pourraient être envisagées entre le 3 janvier et le 14 mars, M. Paquin refuse de se prononcer.
« On n'a pas encore fait l'évaluation du projet jusqu'à maintenant, précise-t-il. Ce sera fait dans les prochaines semaines. On fera une première discussion à la prochaine séance du conseil municipal. »
« Mais ce n'est pas tiré au hasard, ces périodes-là, ajoute Serge Paquin, tout est basé sur l'historique de déneigement des années antérieures. »