La greffière Isabelle Sauvé a annoncé vendredi soir que le registre concernant le règlement d’emprunt de 26 M$ pour le projet Well inc. a recueilli 462 signatures.

Pas de référendum sur Well inc.

Il n’y aura pas de référendum sur le règlement d’emprunt de 26 M$ adopté par la Ville de Sherbrooke en décembre dans l’objectif de concrétiser le projet Well inc. S’il fallait recueillir 8702 signatures au registre ouvert à l’hôtel de ville depuis lundi pour provoquer la tenue d’un vote, seulement 462 personnes ont apposé leur griffe sur ledit registre.

Vendredi soir à l’hôtel de ville, la greffière Isabelle Sauvé a dévoilé le résultat du processus. Ni les conseillers Pierre Avard ou Pierre Tremblay, ni le maire Steve Lussier, ni les autres élus ne se trouvaient sur place pour connaître le résultat. Seule une citoyenne, arrivée une minute en retard pour signer le registre, s’était déplacée.

Mme Sauvé a déclaré que le nombre de personnes habiles à voter, calculé en fonction du nombre d’unités de logement, était de 86 912. « Le règlement est réputé approuvé », a-t-elle ajouté.

Selon la greffière, le flux de citoyens a été sensiblement le même pendant les cinq jours de signature du registre. Si l’achalandage avait été plus important, les signataires auraient été dirigés vers la salle du conseil, capable d’accueillir entre 2000 et 3000 personnes chaque jour.

La Ville pourra donc emprunter un maximum de 26 M$ pour la reconstruction du stationnement de la rue du Dépôt, qui devrait compter entre 700 et 900 cases, pour l’aménagement d’une place publique sur la rue Wellington Sud et pour l’aménagement d’un lien entre la rue du Dépôt et la rue des Grandes-Fourches. Le maire Steve Lussier a toutefois prévenu que l’emprunt ne se concrétiserait que si le conseil municipal en venait à une entente avec le consortium privé qui construirait le stationnement, la place publique, de même que deux bâtiments sur la rue Wellington Sud. Le consortium est composé du Fonds immobilier de la FTQ, du Groupe Custeau et de SherWeb.

Pierre Tremblay

Tremblay positif

Pierre Tremblay se doutait bien que le nombre requis de signataires ne serait pas atteint. « Je le vois quand même de façon positive. Le sujet a fait couler beaucoup d’encre au cours des dernières semaines. Au moins, nous avons su créer un engouement et un intérêt de la part des citoyens. Nous avons amené le dossier à un haut niveau d’analyse, d’autant plus que Steve Lussier songe maintenant à organiser des séances d’information. »

M. Tremblay avait estimé qu’entre 100 et 150 personnes signeraient le registre chaque jour.

Pierre Avard se montrait lui aussi très satisfait. « La population envoie un message clair aux élus. Dans le passé, il était rare que des citoyens se déplacent pour ce genre de consultation alors qu’ils ont pris la peine d’aller à l’hôtel de ville en sachant qu’il était impossible de provoquer un référendum. »

M. Avard croit que le débat n’est pas terminé. « On trouvera sûrement une façon d’avoir le meilleur projet pour la Ville de Sherbrooke. »

Au cours des deux dernières semaines, les conseillers Avard et Tremblay ont mené une cabale pour inciter les citoyens à signer le registre. Ils ont déploré le manque d’information dans le dossier et remis en doute le processus, suggérant entre autres que les signatures soient possibles dans les arrondissements plutôt qu’à l’hôtel de ville uniquement. Ils suggèrent aussi que les registres se tiennent dorénavant du mercredi au dimanche pour permettre aux citoyens travaillant la semaine de se prévaloir de leur droit.

Pierre Avard

Formalité

Le résultat déclaré vendredi sera acheminé à Québec pour une approbation par le ministère des Affaires municipales et de l’Occupation du territoire. Il s’agit en théorie d’une formalité.

Deux autres registres étaient ouverts pour des règlements d’emprunt en même temps que celui portant sur Well inc. Aucun des deux n’a recueilli la moindre signature.

Précision

Le titre de l’article « Well inc. : Lussier veut tenir des consultations », publié vendredi, pouvait porter à confusion. Tel que mentionné dans l’article, le maire de Sherbrooke souhaite tenir des soirées d’information, et non des soirées de consultation.

Étapes à venir

15 janvier
La Ville doit rendre publique une flopée de documents concernant Well inc.

18 janvier
Évelyne Beaudin tient une séance d’information et recueillera les commentaires des citoyens.

30 janvier
Les élus commencent l’analyse du dossier final.

Début février
La Ville pourrait tenir des séances d’information.

15 février
Date butoir pour une décision sur le projet du consortium privé et fin de l’entente d’exclusivité entre la Ville et le consortium. Une séance extraordinaire du conseil municipal pourrait être convoquée au besoin.