Dre Mélissa Généreux ouvrira la saison de l’UPOPS.

Parler pot avec les citoyens

À l’aube de la légalisation de la marijuana, la médecin et professeure à l’Université de Sherbrooke, Dre Mélissa Généreux, ouvrira la saison de l’Université populaire de Sherbrooke (UPOPS) afin de parler de pot avec les citoyens.

Dre Généreux offrira deux cours d’une heure et demie, les 10 et 23 octobre prochains. Pour elle, il s’agit d’une occasion en or de rencontrer monsieur-madame-tout-le-monde. « Dans les communications avec les médias, on n’a pas autant de minutes qu’on le voudrait pour bien expliquer la science derrière le cannabis. Ici l’idée n’est pas de convaincre qui que ce soit d’une position de santé publique. C’est de faire l’état des lieux de ce que l’on sait par rapport au cannabis en toute objectivité pour que les gens voient tout ce qui a à savoir avant de se faire une tête sur la question de la légalisation », indique la directrice de santé publique de l’Estrie.

De plus, comme la légalisation de la marijuana est prévue pour le 17 octobre, le moment est bon pour discuter des enjeux. « C’est un bon timing, analyse Dre Généreux. Ce sont les semaines qui vont entourer la légalisation du cannabis au Québec, donc je pense que l’intérêt de l’auditoire sera à son apogée. »

La professeure misera sur les échanges pour son cours. « Je n’ai pas hésité une seconde, malgré l’agenda chargé. C’est une occasion en or d’aller jusqu’au bout des idées et que les gens comprennent. Je pense qu’on va être dans une session d’échange et d’interaction. Le concept n’est pas d’être magistral, c’est d’échanger à propos des idées, des perceptions qui sont véhiculées dans les présentations. »

Programmation variée

Outre la présentation de Dre Généreux, plusieurs autres cours seront présentés un peu partout à Sherbrooke. Des cours de politique et science-fiction, de langue au Québec, de champ élargi de l’art contemporain, de métamorphose de la sorcière et du diable et d’architecture seront donnés.

Le professeur d’architecture, Daniel Quirion, juge que tout peut être simple lorsque c’est bien expliqué. « J’ai eu la chance dans ma vie d’avoir des bons professeurs d’histoire de l’architecture. C’est simple à vulgariser. L’architecture est un médium d’expression comme un autre. Quelqu’un qui fait de la sculpture, de la peinture ou du graphisme, la base est la conception, le design, mais dans l’architecture, il y a beaucoup de facteurs qui influencent, comme les codes, les normes et les réglementations municipales, provinciales et fédérales », explique-t-il.

La programmation complète est disponible ici. Rappelons que l’UPOPS propose des cours gratuitement dans certains lieux publics de Sherbrooke.