Kathleen Weil.

Outiller les jeunes leaders anglophones

Du dimanche 12 août jusqu’au vendredi 17 août se tiendra la deuxième édition du Forum de Bishop’s. Cette semaine d’ateliers et de discussions destinée aux jeunes citoyens anglophones de 18 à 26 ans vise à développer des connaissances et aptitudes afin de démontrer de l’engagement citoyen.

C’est la ministre responsable des Relations avec les Québécois de langue anglaise Kathleen Weil qui avait l’honneur de faire le discours d’ouverture du forum, dimanche soir à l’Université Bishop’s.

« Vous devez sortir de votre zone de confort, surtout si vous êtes appelés à jouer un rôle de leadership. Ça fait un peu peur au début, mais vous apprendrez, et il faut toujours être ouvert à apprendre. Retroussez-vous les manches, mettez-vous au travail pour obtenir le changement que vous souhaitez, qu’il soit grand ou petit, et devenez les agents de changement que nous recherchons », a-t-elle déclaré aux participants et invités.

Ce forum, né l’an dernier, est l’initiative de professeurs de l’Université Bishop’s. « Elle a tenté d’envisager comment on peut faire un institut de leadership civique », explique Russell Copeman, directeur du forum.

Le projet, facilement approuvé par le recteur de l’Université, Michael Goldbloom, a fait le sujet d’une demande de financement au Secrétariat de la jeunesse, il y a deux ans. Le projet a été adopté et un financement de trois ans pour l’événement a été offert.

« On recrute des leaders dans leur communauté à travers le Québec. On fait une programmation avec différents thèmes. Qu’est-ce que ça veut dire être un citoyen engagé ? Comment peut s’impliquer un jeune dans la société québécoise ? Comment est-ce que quelqu’un peut s’impliquer pour changer le monde ? » ajoute M. Copeman.

Une cinquantaine de jeunes anglophones se sont inscrits au forum de cette année et pourront apprendre de plusieurs professionnels. Ils se rendent compte que la communauté anglophone ne se trouve pas seulement à Montréal. « C’est la question existentielle qu’on se pose comme anglophone depuis 50 ans : c’est quoi notre place au Québec ? On essaie de promouvoir la notion d’appartenance au Québec, c’est très important », commente le directeur.

Lundi, on note la participation de l’ancien premier ministre du Québec Jean Charest qui parlera du volet citoyen de Québec engagé avec les participants anglophones. Aussi, mercredi, à l’aube du lancement des élections provinciales 2018, le directeur des élections du Québec Pierre Reid a accepté de venir discuter de l’âge et de l’importance de voter.

« Que le directeur général des élections prenne le temps de venir à cette période-ci de l’année et de parler avec des jeunes sur l’importance de s’impliquer et de voter, ça parle beaucoup », termine M. Copeman.