L'opération Pureté a eu lieu le 27 juin dernier.

Opération Pureté: deux accusés restent détenus

Arrêtés dans le cadre du projet Pureté visant le trafic de cocaïne à Sherbrooke, Danny Melasco et François Forgues resteront détenus pour la durée des procédures judiciaires.

François Forgues, défendu par Me Christian Raymond, Danny Melasco, défendu par Me Alexandre Fleurent, et Rock-Dany Dubreuil-Saint-Cyr, défendu par Me Jean-Marc Bénard, ont subi leur enquête sur remise en liberté devant le juge Paul Dunnigan de la Cour du Québec.

À LIRE AUSSI:  Cocaïne : la police démantèle un réseau relié aux Hells

Seul Saint-Cyr-Dubreuil a été libéré sous conditions, mardi, au palais de justice de Sherbrooke.

Il a dû déposer 5000 $ pour garantir le respect de ses conditions de remise en liberté.

Le juge Dunnigan lui a interdit, de même qu’aux deux autres accusés, de communiquer entre eux ni avec les autres accusés dans cette affaire.

Une dizaine d’endroits avaient été visités par les autorités policières afin de démanteler un réseau de trafiquants de cocaïne le 27 juin dernier.

Neuf individus impliqués dans cette affaire avaient été accusés.

Rock-Dany Saint-Cyr-Dubreuil est l’un de ceux contre qui pèsent le plus d’accusations.

L’homme de 29 ans est accusé de recel d’argent, de bris de conditions et de bris de probation. Aucune accusation liée au trafic de stupéfiants n’est portée contre lui. 

Danielle Casaubon, Louise Landreville, Othman At-Tayeb, Shawn Sainte-Croix, Maxime L’Heureux-Breton et Vincent Larkin ont été accusés de divers chefs reliés au trafic de stupéfiants dans cette affaire. 

Selon le bilan de l’opération Pureté, quelque 30 000 $ en argent, cinq véhicules, environ 180 grammes de cocaïne, 30 grammes de crack, des pilules de méthamphétamine ainsi que des armes prohibées ont été saisis sur les lieux des perquisitions.

L’Escouade régionale mixte de l’Estrie (ERM-Estrie) crime organisé a mené cette série de perquisitions visant ce réseau relié aux Hells Angels.

La procureure aux poursuites criminelles Me Émilie Baril-Côté s’était opposée à la remise en liberté de tous les accusés. La plupart avaient été remis en liberté sous conditions sauf Melasco, Forgues et Saint-Cyr-Dubreuil qui ont dû subir leur enquête sur remise en liberté. Le juge Dunnigan justifiera sa décision dans leurs dossiers le 16 juillet prochain.

Une centaine de policiers de l’Escouade régionale mixte de l’Estrie en collaboration avec le Service de police de Sherbrooke ont frappé notamment sur les rues Wellington Sud, McGregor, Ball et Larocque à Sherbrooke.

La Division des enquêtes et de la coordination sur le crime organisé et de la Division des enquêtes sur les crimes majeurs de l’Estrie, de la Montérégie et de la Mauricie ainsi que la Division des enquêtes MRC de l’Estrie ont participé à cette frappe policière.

Les dossiers de tous les accusés reviendront devant le tribunal le 27 août prochain.