Le Frequencer fait la différence dans la vie d’Antoine Cloutier pour le plus grand bonheur de sa mère Maryse Fillion.

Ondes à basses fréquences : une grande différence pour Antoine

Les ondes à basse fréquence procurent un effet bénéfique à un enfant de 7 ans de Sherbrooke qui compose avec la dyskinésie ciliaire, une maladie respiratoire incurable.

Malgré cette maladie orpheline et rare, Antoine Cloutier réussit à se développer comme les autres enfants à la différence que chaque infection respiratoire peut dégénérer rapidement.

« La maladie qui a les mêmes symptômes que de la fibrose kystique est connue comme le syndrome des cils immobiles. C’est une maladie génétique qui a été diagnostiquée à Antoine alors qu’il avait trois ans après de multiples virus et plusieurs examens. Cet immobilisme des cils des voies respiratoires fait en sorte qu’il ne peut expulser les sécrétions de ses poumons sans aide », explique sa mère Maryse Fillion. 

Pour améliorer la qualité de vie d’Antoine, sa mère Maryse et son père Jonathan Cloutier organisent une campagne de financement afin d’acquérir un appareil médical nommé « Frequencer ».

« En vingt minutes, il est possible de dégager les voies respiratoires d’Antoine. Présentement, nous devons lui faire du clapping qui est beaucoup plus invasif. Avec le Frequencer, il peut faire autre chose ou se détendre pendant que la machine fait le travail », signale Maryse Fillion. 

L’étagère de la maison familiale du quartier Est de Sherbrooke est remplie de photos d’Antoine, de quelques bibelots et de l’inscription : « Tous les jours ne sont pas parfaits, mais il y a quelque chose de parfait dans chaque jour ».

Les jours de l’enfant, qui fréquente l’école primaire Marie-Reine de Sherbrooke, peuvent être facilement assombris lorsque la saison des virus grippaux fait son apparition. Il ne s’agit que d’une infection à l’influenza pour que la vie d’Antoine bascule.

« Cet appareil est utile au quotidien, mais aussi lorsqu’il contracte des infections. Chaque infection est décuplée, alors il peut être hospitalisé en cas de grippe », signale sa mère.

Sur le divan du salon, Antoine lit un album de L’Agent Jean pendant que les basses fréquences du Frequencer soulagent ses poumons.

« Je peux aussi écouter Cochon dingue à la télévision ou je joue sur ma tablette pendant que j’ai l’appareil sur moi », signale Antoine.

Besoin d’aide

Si l’appareil lui est prêté par le CLSC, il devra le retourner dans les prochains mois.

Sa mère souhaite que Antoine puisse bénéficier de son propre appareil, un investissement de 10 000 $ que ni la compagnie d’assurance ni la Régie de l’assurance maladie du Québec ni aucune fondation ne remboursent. 

La quantité de médicaments administrés à Antoine occupe déjà une large part du budget familial.

C’est parce que « Seul on va plus vite, mais qu’ensemble on va plus loin », comme indique un autre bibelot de l’étagère familiale des Cloutier-Fillion, qu’ils ont choisi de faire un appel public pour inviter la population à la dernière activité-bénéfice de leur campagne de financement.

Le 3 août au Centre communautaire Richard-Gingras du secteur Saint-Élie, ils organisent un souper spaghetti à 18 h.

Il est possible de se procurer des billets ou de commanditer l’événement en communiquant avec Maryse Fillion au 819-446-6981.