Stéphane Julien est maintenant sous contrat jusqu’à la fin de la saison 2020-2021.

Nouveau contrat pour Stéphane Julien et ses adjoints

Le Phœnix de Sherbrooke a confirmé mercredi que ses trois entraîneurs avaient accepté une offre de renouvellement de contrat, mais une offre d’une année additionnelle seulement. Sous contrat jusqu’à la fin de la saison actuelle, Stéphane Julien, Jean-Christophe Poulin et Olivier Picard se trouvent aujourd’hui liés avec l’équipe jusqu’à la fin de la campagne 2020-2021.

« On est contents du travail de Stéphane Julien depuis son arrivée derrière le banc de l’équipe, confie le directeur général Jocelyn Thibault. On ne voulait pas que nos entraîneurs se retrouvent cette saison avec une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Ils ont prouvé ce qu’ils peuvent faire l’an dernier. Les deux prochaines saisons marquent la fin d’un cycle chez le Phœnix et pour moi, la stabilité derrière le banc est importante. Nous avons un travail à terminer et on tient à le faire avec ces trois entraîneurs. »

En poste depuis 2016, Stéphane Julien est présent dans l’entourage de l’équipe depuis la renaissance du hockey junior à Sherbrooke en 2012. Lors des deux dernières saisons, le Phœnix a réussi à passer en deuxième ronde des éliminatoires, une première dans l’histoire du Phœnix.

Olivier Picard et Jean-Christophe Poulin ont quant à eux rejoint l’organisation lors de la saison 2018-2019.

« Ça ne me dérange pas du tout d’obtenir une extension d’une seule saison, confie pour sa part Stéphane Julien. La saison n’est pas encore commencée. Si je recevais la même offre à Noël, j’aurais peut-être préféré une plus longue extension, mais la saison n’est pas encore commencée et je suis confortable dans cette situation. Je suis content de pouvoir faire partie de ces deux belles saisons à venir pour le Phœnix et je suis heureux de pouvoir compter sur deux excellents adjoints. J’aime la façon dont ils travaillent. Ils ont de bonnes habiletés à communiquer avec les plus jeunes et ont déjà des qualités que certains entraîneurs plus expérimentés n’ont pas. »

Stéphane Julien rappelle également qu’il souhaite accéder un jour aux rangs professionnels. 

« On ne sait jamais ce que la vie nous réserve. J’aimerais monter bientôt. J’aime mon travail dans le hockey junior, mais je fais tout pour piloter une équipe professionnelle un jour. On dit souvent qu’un entraîneur doit toujours garder ses valises près de la porte. Je sais que ce sera plus difficile dans deux ans pour le Phœnix, mais d’ici là, nous voulons achever ce qui a été entamé. »

Le règne de Jocelyn Thibault

Lorsque Jocelyn Thibault a pris la relève de Patrick Charbonneau en 2016, le directeur général confiant que son objectif de carrière n’était pas d’être le directeur général du Phœnix de Sherbrooke, sans toutefois préciser le nombre de saisons durant lesquelles il croyait demeurer en poste.

Jeudi lors de l’annonce de l’organisation, Jocelyn Thibault a accepté de revenir sur cette déclaration. 

« Je ne sais pas si je serai encore en poste à moyen terme. Je ne ferme pas de portes. Mais présentement, je suis engagé personnellement et professionnellement avec le Phœnix. Mais je ne m’engage pas au-delà de la saison 2020-2021. J’ai beaucoup de plaisir à travailler avec le groupe actuel. Nous savons que deux belles saisons nous attendent. On a instauré une nouvelle culture et de nouvelles valeurs. Je prendrai une décision plus tard selon les circonstances. »