Mathieu Morin : « J’ai fait ma première campagne électorale à 17 ans et je vais continuer de m’impliquer. Le Parti vert va prendre sa place tranquillement et l’environnement sera de plus en plus à l’avant-plan. »

Moreno et Morin satisfaits

Défait dans Sherbrooke, Edwin Moreno croit que le résultat du vote aurait été différent s’il avait été porté par la machine du Parti libéral. « Mais je crois que les partis ne sont pas encore prêts à s’ouvrir aux minorités ethniques. »

Rappelons qu’Edwin Moreno a été écarté de l’investiture libérale au profit d’Élisabeth Brière.

« Il y a encore beaucoup de travail à faire au sein des machines politiques pour qu’ils s’ouvrent aux minorités et pour leur faire comprendre que les immigrants ne font pas seulement du bénévolat ou ne servent pas juste à voter, ils ont droit de se présenter comme les autres. Il y a encore un blocage par rapport à ça et je vais continuer de travailler pour que les immigrants aient leur chance », explique M. Moreno, en précisant mettre une croix pour l’instant sur une éventuelle candidature libérale.

« Malgré tout ça, je considère avoir fait une bonne campagne même si c’était difficile. En tant qu’indépendant il faut travailler beaucoup plus fort, mais on savait dans quoi on s’embarquait », admet-il.

Mathieu Morin ne baisse pas les bras

En dépit de sa défaite, le candidat du Parti vert dans Sherbrooke estime avoir mené une bonne campagne électorale. « On a fait la plus grosse campagne des verts dans Sherbrooke. On a réussi à se distinguer des autres partis notamment dans le dossier de l’aéroport de Sherbrooke », analyse Mathieu Morin.

Selon les analyses du parti, Sherbrooke est l’une des premières circonscriptions au Québec où le parti pourrait faire une percée. « C’est un terreau fertile. Avec l’élection de Québec solidaire au provincial et les nombreux étudiants des cégeps et des universités, on pense que Sherbrooke sera une circonscription clé pour nous dans les futures élections. »

Mathieu Morin n’hésite pas une seule seconde lorsqu’on lui demande s’il se présentera de nouveau aux prochaines élections.

« Je suis jeune, j’ai 22 ans, mais mon implication remonte déjà à quelques années. J’ai fait ma première campagne électorale à 17 ans et je vais continuer de m’impliquer. Le Parti vert va prendre sa place tranquillement et l’environnement sera de plus en plus à l’avant-plan. Je suis satisfait de notre campagne puisqu’on a réussi à mettre l’environnement à l’avant-plan et on va continuer. »

+

Drummond aux bloquistes

Le Bloc québécois a réussi à déloger le NPD dans la circonscription de Drummond. Le candidat Martin Champoux a facilement remporté la victoire.

C’est même le libéral William Morales qui a terminé deuxième.

Déception pour le député sortant François Choquette qui termine troisième. Jessica Ebacher, du Parti conservateur, est quatrième.

Lors du scrutin de 2015, le néodémocrate François Choquette l’avait remportée par 2040 voix, soit 30,5 pour cent des votes. M. Choquette conservait ainsi son siège obtenu lors de l’élection de mai 2011.

Lors de la dernière élection fédérale, le porte-couleurs des libéraux, Pierre Côté, avait récolté 26,5 % des suffrages.

Le Bloc québécois se retrouvait à la troisième position. La candidate Diane Bourgeois avait obtenu 22,8 % des voix.

La conservatrice Pascale Déry suivait avec 17,7 % des votes.

Le Parti vert et Émile Coderre fermaient la marche, ne récoltant que 2,4 % des appuis.  Claude Plante