Il reste toujours des lits de surcroît ouverts dans les CHSLD de la région, mais la situation tend à s'améliorer.

Moins de lits de débordement dans les urgences et les CHSLD

Les salles d'urgence de la région sont toujours achalandées, mais ne débordent plus de façon constante. Même constat du côté des CHSLD: au cours des derniers jours, les lits de débordement installés dans des salons transformés en chambre, notamment aux CHSLD d'East Angus et Saint-Joseph, ont été fermés.
La situation s'est donc grandement améliorée au CHSLD Saint-Joseph, qui, le 20 janvier, avait dû accueillir 20 patients dans des lits de surcroît. Il n'en reste plus que 9 maintenant.
Vendredi après-midi, six personnes âgées étaient en attente d'hébergement en CHSLD et occupaient des lits dans les urgences de Sherbrooke et Magog. «Ce n'est pas cette clientèle qui met de la pression dans les salles d'urgence en ce moment», explique Sylvie Quenneville, directrice adjointe au programme de soutien à l'autonomie des personnes âgées.
Par ailleurs, l'annonce de la fermeture de la Résidence Bellevue, la semaine dernière, n'a pas ajouté de pression sur le système de santé.
Au total, 11 personnes âgées et 19 personnes ayant des problèmes de santé mentale ont reçu l'aide d'une équipe de soutien du CIUSSS de l'Estrie-CHUS pour les aider à se relocaliser.
Vendredi, six des onze aînés avaient trouvé un nouveau logis et les cinq autres étaient en bonne voie de l'être.
Sur les 19 personnes ayant des problèmes de santé mentale, 11 personnes ont pu être localisées dans une autre résidence du même propriétaire à Windsor, six ont trouvé un toit à Sherbrooke et les deux autres sont en bonne voie de l'être.
«Dans tous les cas, il n'y a aucune inquiétude que des personnes ne trouvent pas de place pour se loger avant le 28 février», ajoute Mme Quenneville.