Michel Houde

Michel « Dodo » Houde est décédé

Michel Houde, qui a dirigé l’entreprise sherbrookoise Matelas Houde de 1970 à 2015, est décédé subitement mercredi en soirée à la suite de complications dues à une cirrhose du foie. Il était âgé de 74 ans.

Il laisse dans le deuil sa conjointe, ses deux enfants et cinq petits-enfants. Même s’il n’était plus impliqué dans l’entreprise qui porte son nom, il allait souvent y faire un tour.

À lire aussi: Matelas Houde déménage sur la 12e Avenue

« C’était un homme à farce, explique Dominic Houde, le fils de Michel Houde et actuel président de Matelas Houde. Ce n’était pas une personne sévère; il avait du plaisir dans la vie. Il faisait des jeux de mots avec n’importe quoi. On avait envie d’être avec lui. »

Durant sa longue carrière, Michel Houde est notamment à l’origine de la ritournelle bien connue de l’entreprise, « Houde, le fabriquant de matelas. »

« Michel, c’était un créatif, souligne Dominic Houde. Ce qu’il aimait le plus, c’était vraiment la création de nouveaux produits. Il regardait ce qui se faisait ailleurs et son but était toujours de faire mieux. Il se faisait un devoir de s’assurer que les matelas étaient résistants, mais confortables à la fois. Il a basé sa vie sur l’entreprise. C’était le service et la satisfaction du client avant tout. Si le client n’était pas satisfait, il pouvait virer toute l’usine à l’envers pour trouver la façon de le satisfaire. »

C’est en changeant le numéro de téléphone du commerce pour le 819 346-3636 que le surnom « Dodo » a été accolé à M. Houde.

« 3636 ça fait Dodo alors tout le monde s’est mis à l’appeler de cette façon, indique son fils. C’est resté et quand les gens parlent de Michel, ils disent Dodo. »

Le décès de M. Houde survient alors que l’entreprise vient tout juste d’annoncer le déménagement de son magasin d’usine et son siège social sur la 12e Avenue Nord, juste à côté de l’autoroute 610, du CHUS et face au Quartier de la santé.

« Le quartier est de la ville, c’était son quartier, résume Dominic Houde. Nous n’avons jamais voulu déménager non seulement de Sherbrooke, mais du quartier est. »