Accusée du meurtre de Thomas Cameron commis l’été dernier, une adolescente de 15 ans de Sherbrooke restera en garde fermée pour la durée des procédures judiciaires entamées contre elle.

Meurtre de Thomas Cameron : l'adolescente de 15 ans en garde fermée

Accusée du meurtre de Thomas Cameron commis l’été dernier, une adolescente de 15 ans de Sherbrooke restera en garde fermée pour la durée des procédures judiciaires entamées contre elle.

Le corps de Thomas Cameron, 18 ans, a été découvert le 3 août vers 21 h 30 au parc Adrien-Cambron.

Accusée de complicité après le fait, l’adolescente fait maintenant aussi face à une accusation de meurtre au deuxième degré.

La juge Hélène Fabi de la Cour du Québec a rendu cette décision émanant de la chambre de la jeunesse, mardi, au palais de justice de Sherbrooke, de détenir l’adolescente pour la durée des procédures judiciaires.

« L’analyse de l’ensemble de la preuve convainc le tribunal de la nécessité de détenir provisoirement l’adolescente. Sans équivoque, les accusations sont graves et paraissent fondées pour les deux infractions reprochées et celle-ci risque une longue peine si elle est reconnue coupable. Le tribunal a la conviction qu’elle ne pourra respecter des conditions ou une combinaison de conditions », explique la juge Fabi.

L’accusée n’a pas eu de réaction particulière lors de l’annonce de sa détention.

« L’adolescente requiert un encadrement ferme avec une aide adaptée à sa situation », croit la juge Fabi.

Le tribunal a tenu compte de toute l’information présentée lors de l’enquête sur remise en liberté.

« Crime d’une extrême violence »

Lors de la narration des faits, qui sont frappés d’une ordonnance de non-publication, l’accusée regardait au sol.

La poursuite estimait que la détention de l’adolescente était nécessaire pour ne pas miner la confiance du public envers l’administration de la justice.

« Après avoir écouté attentivement l’adolescente, le tribunal a de sérieux doutes sur sa capacité à respecter des conditions ou autre engagement fixés par le tribunal. Une détention est nécessaire devant le crime d’une extrême violence qui lui est reproché », estime la juge Fabi.

La juge a écarté les propositions de deux personnes qui avaient offert de la garder avec elles sous de sévères conditions

« Le tribunal doute de leurs capacités malgré toute leur bonne volonté », signale la juge Fabi.

Le jeune homme de 18 ans accusé avec elle, qui était âgé de 17 ans au moment des faits allégués, avait renoncé à son enquête sur remise en liberté. Sa détention a été ordonnée la semaine dernière pour la durée des procédures judiciaires.

Dès le début des procédures judiciaires, la procureure aux poursuites criminelles, Me Nathalie Robidoux, a demandé que le jeune homme, qui est accusé de meurtre prémédité, soit assujetti à une peine pour adulte.

Pour l’adolescente, le tribunal a réitéré les conditions de ne pas communiquer avec le co accusé et deux témoins de la poursuite.

Le dossier a été reporté au 12 décembre pour communication de la preuve.