Menaces envers du personnel de l’UdeS

Accusé de menaces envers des membres du personnel de l’Université de Sherbrooke, Amadou Oury Balde ne pourra plus mettre les pieds à Sherbrooke.

L’homme de 37 ans a été arrêté la fin de semaine dernière avant de comparaitre à Sherbrooke en début de semaine dans une affaire de menaces envers le personnel de l’Université de Sherbrooke.

Selon le 98,5 FM, l’ancien étudiant à la maitrise aurait envoyé un courriel à l’Université de Sherbrooke dans lequel il affirmait « Je vais commettre un acte dont tout le monde va se rappeler ».

Amadou Oury Balde a été arrêté à son domicile de Montréal la fin de semaine dernière.

Il a passé la fin de semaine derrière les barreaux avant de comparaitre devant la juge Hélène Fabi de la Cour du Québec au palais de justice de Sherbrooke

Il a été accusé de menaces de mort au personnel et aux étudiants de l’Université de Sherbrooke, d’avoir harcelé une employée de l’Université de Sherbrooke et d’avoir intimidé la même employée afin qu’elle lui délivre un diplôme.

L’accusé a été libéré sous diverses conditions à la suite d’une entente entre l’avocat de la défense Me Benoit Gagnon, de l’aide juridique, et de la procureure aux poursuites criminelles Me Gabrielle Cloutier.

Amadou Oury Balde ne pourra communiquer avec la victime alléguée, les témoins et tout membre du personnel de l’Université de Sherbrooke. Il ne pourra venir sur le territoire du district judiciaire de Saint-François, qui comprend notamment tout le territoire de Sherbrooke.

Il lui sera interdit d’avoir en sa possession des armes et il ne pourra pas consommer d’alcool.

Son dossier a été reporté au 5 décembre.