Depuis la création du CIUSSS de l’Estrie-CHUS le 1er avril 2015, le Comité de vigie hôpital Memphrémagog estime que les services ne cessent de diminuer sur le territoire de Memphrémagog.

Memphrémagog et Coaticook se mobilisent pour le maintien des effectifs médicaux : 11 500 signatures recueillies

Les citoyens des MRC de Memphrémagog et de Coaticook se mobilisent pour conserver des soins de santé sur leur territoire. Alors qu’une pétition comptant plus de 11 000 signatures de citoyens de la MRC Memphrémagog sera remise prochainement à la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, des citoyens de Coaticook ont amorcé vendredi une grande mobilisation qui devrait les amener rapidement à atteindre également une pétition d’une pareille ampleur.

Du côté de Magog, c’est le Comité de vigie hôpital Memphrémagog (CVHM) qui pilotait cette pétition lancée l’automne dernier. Elle sera remise à la direction du CIUSSS de l’Estrie-CHUS lors de la prochaine séance publique du conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS le 29 mai prochain. Le député Gilles Bélanger déposera aussi la pétition à l’Assemblée nationale.

« Nous sommes très fiers d’avoir recueilli 11 500 signatures sur une population de 48 000 personnes dans la MRC. Un plus aussi, c’est que les signatures proviennent de parts égales de toutes les municipalités, autant Magog qu’Orford, Eastman ou Potton », explique le président du CVHM, Jean-Guy Gingras.

La pétition du CVHM réclame la nomination au conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS d’une personne provenant de la MRC Memphrémagog, le retour complet des services antérieurs et de l’unité de gériatrie dans la MRC, la continuité des services de proximité pour les CLSC de Potton, Stanstead et Magog, des lits supplémentaires en CHSLD, un système de paiement équitable pour l’utilisation du stationnement et l’ajout de nouveaux services spécialisés comme un appareil de résonance magnétique.

Mais ce ne sont pas les seuls dossiers qui comportent des irritants. En effet, depuis la création du CIUSSS de l’Estrie-CHUS le 1er avril 2015, le comité estime que les services ne cessent de diminuer sur le territoire de Memphrémagog.

« D’autres points seront abordés avec les membres du conseil d’administration : l’avenir de la cafétéria, l’accès au stationnement, les besoins de lits supplémentaires en CHSLD, les services à domicile, les actions envisagées pour une couverture médicale adéquate face à la pénurie de médecins, les besoins de financement pour remplacer les équipements désuets ou défectueux et l’éventuelle mise sur pied d’une clinique d’infirmières praticiennes spécialisées sur le territoire de la MRC Memphrémagog », énumère Jean-Guy Gingras.

Reprise du dialogue

À une époque, la communication a été complètement rompue entre le CIUSSS de l’Estrie et le Comité de vigie. Or l’été passé, la haute direction du CIUSSS a mandaté le président-directeur général adjoint, le Dr Stéphane Tremblay, afin de dialoguer avec les membres du Comité de vigie hôpital Memphrémagog.

« Le Dr Tremblay a fait toute la différence! Nous avons une rencontre par mois avec lui et trois autres membres de son équipe. Ces rencontres, huit jusqu’à présent, ont permis de mieux comprendre mutuellement les enjeux », ajoute M. Gingras.

Quelques bonnes nouvelles ont aussi été annoncées pour la population de la région de Magog. « On sait qu’une infirmière praticienne spécialisée (IPS) ira travailler à Stanstead à l’automne. À Stanstead comme à Potton, tout fonctionnait encore avec du papier. Quand un médecin allait travailler là, il n’avait pas accès au dossier des patients. Disons que ça ne rend pas le travail très attrayant! Mais là, c’est réglé, tout a été informatisé », souligne le président du Comité de vigie.

Trente et un nouveaux lits en CHSLD ont été aussi annoncés. « C’est une bonne nouvelle, mais les besoins sont plus grands », soutient M. Gingras.

Le comité invite la population à se présenter en grand nombre au conseil d’administration du CIUSSS de l’Estrie-CHUS, qui se tiendra à l’hôpital de Magog le 29 mai à 16 h. « C’est le temps de poser toutes nos questions! » clame le président du comité.