Le partenariat entre la miellerie L’Abeille et la bête et le Marais de la Rivière aux Cerises poursuit plusieurs objectifs, ont expliqué l’apiculteur Jonathan Douville, la directrice générale de LAMRAC Laura Dénommée-Patriganni et Michel Turcotte, président du CA.

Marais aux cerises... et au miel !

Le Marais de la Rivière aux Cerises bourdonnera d’activité plus que jamais cette année, grâce à l’installation de deux ruches sur son site. L’initiative, issue d’un partenariat entre l’Association du Marais-de-la-Rivière-aux-Cerises et l’apiculteur Jonathan Douville, bonifiera le financement de l’organisation tout en consolidant sa mission de conservation et de sensibilisation.

« On le sait, il y a une grande problématique entourant le déclin des pollinisateurs, et pour nous, la présence des abeilles au marais est en fait une chance inouïe de continuer d’éduquer par la nature », se réjouit Laura Dénommée-Patriganni, directrice générale de l’Association du Marais-de-la-Rivière-aux-Cerises (LAMRAC).

L’implantation des ruches depuis samedi dernier permet à LAMRAC de sensibiliser le grand public à l’importance des abeilles et au danger de leur disparition, tout en participant activement à les préserver en leur offrant un nouveau logis. C’est donc faire d’une pierre deux coups — ou plutôt trois, puisque le miel et les produits dérivés issus de ces ruches seront en vente à la boutique du centre d’interprétation dans quelques mois.

« Pour nous, c’est aussi une stratégie de diversification de nos revenus, parce que ça nous offre une nouvelle forme de financement pour appuyer la mission d’éducation, de conservation et de sensibilisation de l’organisation », indique Mme Dénommée-Patriganni.

Elle précise que c’est Jonathan Douville, apiculteur de la région et propriétaire de la miellerie l’Abeille et la bête, qui a approché l’association pour lui proposer le projet. Celui-ci avait eu l’idée en passant à vélo devant le centre d’interprétation l’été dernier.

« En plein été, je trouvais les fleurs qu’on retrouve sur le bord du centre vraiment magnifiques, et j’avais le réflexe de me dire que mes abeilles seraient heureuses ici, qu’elles auraient de la diversité en masse! » relate l’apiculteur. Il indique par ailleurs avoir bien hâte de découvrir la saveur du miel résultant des fleurs du marais, qui devrait selon lui être incomparable puisque les ruches en milieu humide sont inusitées.

Abeilles à l’honneur

Pour souligner l’arrivée des ruches, M. Douville présentera un atelier-conférence intitulé « Les abeilles, nos précieuses alliées… Même dans le zéro déchet! » au centre d’interprétation du Marais, dimanche à 13 h 30. Une ruche vivante y sera exposée lors de la présentation, puis les participants pourront confectionner un emballage écologique réutilisable à base de cire d’abeille servant à remplacer la pellicule plastique jetable.

Les abeilles seront également mises en vedette lors des classes vertes, le camp de jour scientifique du Marais de la Rivière aux Cerises. Durant la semaine thématique portant sur l’entomologie, les enfants seront appelés à construire des hôtels à insectes, soit des logis servant à héberger différentes espèces bénéfiques pour l’environnement, incluant les abeilles solitaires et d’autres pollinisateurs.