Arnaud De Sorgher

Manipulation faite à Angèle Langlois: Arnaud De Sorgher blanchi

La manipulation faite par le naturopathe sherbrookois Arnaud De Sorgher n’a pas causé le décès d’Angèle Langlois survenu en novembre 2014.

À la suite d’une enquête publique tenue en octobre 2016 à Sherbrooke, le coroner Me Luc Malouin en vient à la conclusion que le décès d’Angèle Langlois est d’origine naturelle à la suite de la rupture d’un anévrisme cérébral.
« Pour moi, la manipulation cervicale que Mme Langlois a eue et son décès n’ont aucun lien », conclut le coroner Malouin dans son rapport rendu public cette semaine.
Le coroner tire cette conclusion « après avoir entendu toute la preuve, lu les expertises produites et écouté tous les experts ».
« Qui plus est, la preuve non contredite démontre que les manœuvres exécutées par M. De Sorgher ont été effectuées conformément aux règles de l’art et, qu’en vertu de la littérature médicale, elles dégagent très peu d’énergie », analyse le coroner dans son rapport d’enquête.
En août 2016, Arnaud De Sorgher avait plaidé coupable aux accusations portées par le Collège des médecins du Québec.
Il avait reconnu des chefs d’accusation pénaux d’exercice illégal de la médecine en ayant posé un diagnostic, d’exercice illégal de la chiropractie en ayant fait des manipulations articulaires et d’avoir procédé à des manipulations vertébrales et articulaires sans avoir les attestations requises en physiothérapie. Une amende de 15 000 $ avait été imposée à Arnaud de Sorgher pour avoir fait des actes réservés aux membres de ces ordres professionnels.
Aucun lien de cause à effet
Aucun lien de cause à effet n’avait été établi entre le décès d’Angèle Langlois et la manipulation faite par le naturopathe.
« Dans le présent dossier et à la lumière de la preuve entendue, je ne doute pas des compétences de M. De Sorgher de pratiquer une manœuvre ostéopathique d’une façon conforme aux règles de l’art même si, en se faisant, il agit illégalement. M. De Sorgher a choisi de ne pas suivre les formations équivalentes des ordres professionnels du Québec pour que ses diplômes soient reconnus et, ainsi, il s’est lui-même placé dans une position d’illégalité lorsqu’il posait certains gestes réservés sur des patients », explique le coroner Malouin dans la décision révélée par le 107,7 FM.
Lors de l’enquête publique, Arnaud de Sorgher avait expliqué ses longues années d’études en kinésithérapie et son expérience dans ce domaine en Belgique, qui n’ont jamais été reconnues au Québec.
Un premier rapport du coroner publié en février 2015 avait conclu à un lien de cause à effet entre la manipulation et la rupture d’anévrisme qui avait conduit au décès d’Angèle Langlois le lendemain.
L’enquête publique de l’automne 2016 a permis au coroner Me Luc Malouin de conclure que le décès était d’origine naturelle.