Annick Lavoie, directrice générale de l’AEPC, et Vincent Simonetta, président de l’AEPC, accompagnent ici Micheline Émond, résidante du CHSLD Vigi Shermont.

Maisons des aînés : les CHSLD privés conventionnés veulent faire partie de la solution

Les établissements privés conventionnés veulent faire partie de la solution afin de réaliser le projet de Maisons des aînés annoncé par le gouvernement de François Legault.

Ces CHSLD privés, le « secret le mieux gardé du réseau de la santé », lèvent la main pour faire valoir les avantages qu’ils apportent pour l’hébergement des aînés et des personnes vulnérables.

Dans le cadre de sa tournée québécoise, l’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) s’est arrêtée à Sherbrooke mercredi afin de mieux faire connaître son modèle hybride. Par cette démarche, l’AEPC souhaite également promouvoir l’amélioration continue de la qualité des soins et des services dans le domaine de la santé et des services sociaux au Québec.

« Depuis 60 ans, nous travaillons à implanter un modèle d’hébergement qui va au-delà des besoins de ses usagers en matière de santé. Notre modèle est efficace, mais également centré sur l’humain et, en ce sens, nous croyons que le Québec gagnerait à ce que les établissements privés conventionnés soient non seulement mieux connus, mais également plus répandus », explique Annick Lavoie, directrice générale de l’AEPC.

« En effet, ils contribuent directement à améliorer la qualité de vie des aînés et des personnes vulnérables en leur offrant des soins impeccables, et ce, dans un milieu de vie unique, convivial et sécuritaire. »

Bien que gérés indépendamment du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), les établissements de l’AEPC détiennent un permis du MSSS et ceux-ci répondent collectivement aux besoins quotidiens de près de 7000 personnes à travers le Québec. En Estrie, 172 personnes sont en attente d’une place en CHSLD, et les prévisions démographiques provinciales permettent d’anticiper des besoins beaucoup plus grands.

L’Association des établissements privés conventionnés (AEPC) regroupe 30 propriétaires-gestionnaires qui dirigent 59 installations (57 CHSLD et deux centres de réadaptation, incluant une unité de soins palliatifs) offrant « un milieu de vie, un milieu de soins et un milieu de fin de vie de qualité supérieure à une clientèle en grande perte d’autonomie », ajoute Mme Lavoie.

« Les établissements ne font pas de profit. Les surplus sont remis au gouvernement. C’est à risque zéro pour le gouvernement», mentionne Mme Lavoie au sujet de la composante clinique.

À Sherbrooke, le CHSLD Vigi Shermont, non loin de l’hôpital de Fleurimont du CIUSSS de l’Estrie – CHUS, fait partie du regroupement. Micheline Émond, une résidente de l’établissement depuis deux ans, a pu témoigner des soins offerts par le personnel en place. « Ici, le choix de la personne est respecté », assure-t-elle.

« Le personnel fait preuve d’un grand professionnalisme. On remarque beaucoup d’entraide entre les personnes qui travaillent ici. » 

 Les établissements privés conventionnés de son réseau répondent collectivement aux besoins quotidiens de près de  7000 résidents.

Selon le président de l’AEPC, Vincent Simoneta, les gestionnaires sont prêts à réagir lors que la réalisation du projet des Maisons des aînés sera annoncée par Québec. On trouvera les fonds pour agrandir les établissements existants ou construire de nouveaux centres d’hébergement.

Des institutions financières se montrent attentives à soutenir des projets, ajoute-t-il.

On a aussi développé une formule priorisant les employés pour attirer du personnel afin de répondre à la demande dans un contexte de pénurie de main-d’œuvre.