Magasinage des Fêtes: le SPS recommande la vigilance

Le Service de police de Sherbrooke (SPS) prend les devants en cette période de magasinage du temps des Fêtes pour prévenir une éventuelle vague de fraudes et de vols de carte de crédit.

En fin de semaine, une citoyenne a eu affaire à des malfaiteurs lui ayant subtilisé son numéro d’identification personnel pour ensuite lui voler sa carte alors qu’elle était distraite. En quelques heures, plus de 1000 transactions frauduleuses ont été faites avec sa carte de crédit.

«Nous demandons aux gens d’être vigilants et de redoubler de prudence, en cette période des Fêtes», suggère Isabelle Gendron, porte-parole du SPS.

«Les malfaiteurs agissent en groupe au moment de la transaction. Ils se positionnent de manière à vous voir et à filmer les gens lorsqu’ils entrent leur NIP à la caisse du commerce pour payer. Par la suite, réussissent à détourner l’attention des gens pour voler leur portefeuille.»

Si on est victime de fraude, il ne faut pas hésiter à contacter son service de police, afin de déposer une plainte, ajoute Mme Gendron.

Dans le cas rapporté en fin de semaine, la dame a senti une présence près d’elle lorsqu’elle s’est présentée à la caisse du commerce où elle faisait des emplettes. Mme Gendron en peut pas donner trop de détails pour ne pas nuire l’enquête, dit-elle.

«Une fois dans le stationnement, un homme lui a fait signe de venir la voir pour lui demander un renseignement. Il voulait savoir où est l’hôpital», raconte la policière.

Pendant ce temps, la porte de son véhicule était restée ouverte. Ce n’est qu’après, alors rendue dans un autre commerce, qu’elle s’est aperçue que son portefeuille avait disparu. Quand elle a contacté son institution financière, on lui a dit que plus de 1000 transactions avaient été effectuées avec sa carte.»

Des mesures simples de prévention peuvent être prises,  ajoute-t-elle. «Il ne faut pas avoir peur de demander aux gens des se ternir à distance de nous lorsqu’on paye à la caisse», souligne-t-elle.

«Nous sommes dans une période où les gens sont plus dans leur bulle quand ils magasinent. Ils sont pressés. C’est là qu’on est le plus vulnérable.»