Le maire Steve Lussier espère non seulement que les candidats aux élections provinciales prendront des engagements pour la région, mais qu’ils les respecteront.

Lussier dévoile ses demandes aux candidats de l'Estrie

L’eau potable, l’aéroport de Sherbrooke et le cannabis font partie des sujets que le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, compte aborder en campagne électorale avec les candidats des différents partis provinciaux. Interrogé sur la question, M. Lussier a accepté de dévoiler sa « liste d’épicerie » de demandes.

D’emblée, le premier magistrat de la Ville de Sherbrooke rappelle qu’il tient au point de TVQ que le premier ministre Philippe Couillard a promis de transférer aux municipalités. Les chefs des autres partis se sont aussi engagés à transférer un point de TVQ aux villes s’ils sont élus.

M. Lussier espère une aide gouvernementale pour les usines d’épuration, sachant très bien qu’une nouvelle usine devra vraisemblablement être construite dans le secteur de Saint-Élie. Dans le même sens, « les infrastructures souterraines sont un enjeu. Il faut que les programmes continuent parce qu’il y a beaucoup de conduites à refaire ».

La Ville a amorcé depuis plusieurs années la séparation des conduites pluviales et des conduites d’égout pour éviter les déversements d’eau usée directement dans les cours d’eau. Il faudrait encore 100 M$ pour terminer la séparation des conduites à Sherbrooke. « Dans les années 1970-1980, c’était encore permis de déverser dans la rivière. Les normes n’étaient pas assez sévères. Le gouvernement a une certaine responsabilité. »

Parmi les autres besoins ciblés à Sherbrooke, M. Lussier fait référence à l’agrile du frêne, cet insecte qui force les municipalités à abattre plusieurs frênes sur leur territoire et qui entraîne des coûts importants. « Nous avions budgété 200 000 $ cette année et nous avons été obligés d’ajouter 200 000 $ supplémentaires. Il y a énormément à faire. »

Steve Lussier parle aussi de la légalisation du cannabis, qui constitue une préoccupation importante. « Il y aura des coûts additionnels au Service de police de Sherbrooke. Heureusement, nous avons mis un comité en place pour réfléchir à la question, mais nous n’aurons peut-être pas le choix d’embaucher plus. Je suggère que 100 % des profits de la vente du cannabis, pendant un certain nombre d’années, reviennent aux villes. Ce sera sûrement un enjeu pour le CIUSSS de l’Estrie aussi. »

Parmi les autres préoccupations, celle de poursuivre la transition vers une ville intelligente constitue aussi une priorité du maire. « On l’a vu avec les paiements effectués en double à certains entrepreneurs. Il faut changer certains logiciels et ça coûte cher. » 

Steve Lussier souhaite par ailleurs la mise en place d’incitatifs aux entreprises pour les aider à attirer de la main-d’œuvre. Il aimerait aussi que la tenue des élections municipales à date fixe soit prévue au printemps plutôt qu’à l’automne. « Ç’a été voté à l’unanimité à l’Union des municipalités du Québec. »

Enfin, si jamais la Ville de Sherbrooke attirait un transporteur commercial à l’aéroport de Sherbrooke, le maire s’attendrait à obtenir une aide des gouvernements pour concrétiser le projet.

À l’heure actuelle, Steve Lussier avance avoir déjà rencontré les candidats Luc Fortin, du Parti libéral, et Guillaume Rousseau, du Parti québécois. Il s’attend à des discussions avec les représentants des autres partis dans les prochaines semaines. « Je suis persuadé qu’ils seront à l’écoute. J’espère aussi qu’ils feront ce qu’ils ont dit s’ils promettent de nous aider. »