Un groupe de l’école secondaire de la Montée a offert une performance de danse disco en ouverture du gala.

Lumière sur les talents

Bien que le Gala des Bravos mette de l’avant l’engagement et l’excellence des élèves de la région, il est aussi l’occasion de plusieurs prestations artistiques. Plusieurs jeunes artistes de toute la commission scolaire se rassemblent pour offrir un spectacle amusant et original. C’est pour cette raison qu’en coulisse de la scène, on pouvait repérer plusieurs élèves costumés, concentrés et excités de présenter ce dont ils étaient capables.

C’est d’ailleurs 12 jeunes de l’école secondaire de la Montée, vêtus de costumes colorés et brillants, qui ont parti le bal avec une danse disco. « L’année passée, on avait fait le numéro à notre spectacle de danse. Et ils nous ont demandé de le faire [dimanche]. La musique de type disco, ça entraine les gens, et les adultes aiment ça, ça leur rappelle les années d’avant », indique Djouliana Sow Marcotte, une danseuse du groupe

Même si le groupe avait déjà pratiqué leur danse plusieurs fois, il a dû négocier avec l’adrénaline de performer sur une grande scène comme celle du Centre culturel, mais les élèves assurent qu’ils ont eu beaucoup de plaisir. 

« Quand tu te trompes, c’est plus stressant. En plus c’est filmé en direct. On avait hâte. Ça s’est vraiment bien passé. Celle-là, c’était une de nos performances préférées », a commenté Giselle Muhanuka à sa sortie de scène.

Cette danse disco sur les notes de I Will Survive de Gloria Gaynor n’a pas été le seul numéro qui a réveillé les spectateurs dès les premières minutes du spectacle. Le jeune Charles-Philippe Grondin de l’école secondaire Mitchell-Montcalm en a étonné plus d’un avec sa performance signée Michael Jackson.

« Quand je regardais des vidéos de lui sur YouTube je me disais qu’il avait l’air cool, et j’ai commencé à l’imiter. Chaque mouvement est distinct les uns des autres. C’est son style de danse qu’il a inventé. J’avais déjà fait deux spectacles, mais là c’était plus gros que les autres. C’est plus avant qu’on est stressé, mais rendu sur la scène je rentre dans mon personnage », partage Charles-Philippe, qui maîtrise déjà le moonwalk à 12 ans. 

Une classe de cinquième année de l’école Boisjoli a pour sa part chanté la chanson Le monde est à nous d’Alex Nevsky, une performance un peu plus touchante. La classe avait récemment tourné une vidéo de cette chanson qui a été beaucoup partagée sur les réseaux sociaux.

« La responsable du gala l’avait vue et est venue nous voir pour savoir si on était intéressés à faire une performance au gala. C’était vraiment tous les élèves qui avaient participé, puis même pour les gars qui trouvent que chanter en cinquième année c’est moins viril, ils avaient embarqué », explique le professeur de la classe Danick Lessard-Dion. 

Même si quelques élèves se sont désistés de la performance sur scène, trop gênés, la majorité a offert une belle performance et a aimé son expérience. 

L’animation du 18e Gala des Bravos a été placée entre les mains de Romuald Lessard, fondateur du Studio A2, une école de danse. Même que depuis 20 ans M. Lessard se promène dans les écoles de la CSRS pour y faire des ateliers de danse, dans le but de faire bouger les élèves. Il a su offrir une animation active et dynamique et a fait rire le public à maintes reprises.

Le jeune Charles-Philippe Grondin de l’école secondaire Mitchell-Montcalm est un passionné du roi de la pop Michael Jackson, même à 12 ans.