Luc Fortin était entouré de sa famille et d’une centaine de supporteurs vendredi matin pour dresser son bilan de campagne.

Luc Fortin galvanise ses troupes

C’est devant une centaine de personnes qui scandaient « Luc! Luc! Luc! » que Luc Fortin a fait son entrée entouré de sa famille vendredi matin au parc Jacques-Cartier pour dresser son bilan de campagne.

Il a rappelé ses engagements pris durant la campagne, dont la construction d’une nouvelle école primaire, d’une nouvelle surface sportive synthétique et l’agrandissement du Musée des beaux-arts de Sherbrooke.

Lorsque questionné sur l’austérité qui a caractérisé le dernier mandat libéral, Luc Fortin s’est montré optimiste de remplir toutes ses promesses.

« Nous avons les moyens de livrer les engagements que nous avons pris en campagne électorale et nous allons terminer le mandat avec une réserve de 8 milliards $, signale-t-il. Nous n’aurons pas besoin de faire de restructuration budgétaire. On l’a fait durant le dernier mandat, on a fait le ménage et maintenant on a les moyens nécessaires de remettre de l’argent dans les poches des Québécois et d’investir dans les services publics. »

M. Fortin s’est également défendu d’avoir pris des engagements alors qu’il est le député de la région depuis quatre ans.

« Si on pouvait tout faire d’un coup, nous n’aurions plus besoin de gouvernement, indique-t-il. Les besoins évoluent. On a eu un programme pour 2014 et on l’a livré. C’est normal que même si on est le député sortant on propose des choses aux Sherbrookois. Sinon c’est comme dire que si on est le député sortant on ne peut rien proposer pour les quatre prochaines années. »

M. Fortin cible la mise en place d’une alternative en imagerie de résonnance magnétique comme premier projet à être concrétisé s’il est élu le 1er octobre.

« Je pense qu’on peut faire ça rapidement parce que c’est simplement une autorisation qu’on doit donner, il n’y a pas d’investissement nécessaire.»

M. Fortin entend également forcer la main du gouvernement fédéral dans le dossier du train de passagers Sherbrooke — Montréal.

« Je veux réaliser rapidement notre engagement financier de 18,5 millions $ parce que je souhaite que les autres partenaires se commettent rapidement, dont le gouvernement fédéral. On attend 26 millions $ d’eux. Je veux que le fédéral se commette rapidement parce que s’ils ne le font pas, je vais m’arranger pour en faire un enjeu électoral lors de la prochaine campagne fédérale à l’automne. »

Luc Fortin a rappelé qu’il n’appuierait pas une réforme du mode de scrutin même dans un contexte à Sherbrooke où les votes pourraient être fortement divisés entre les quatre principaux partis.

« Même avec la réforme du mode de scrutin un député pourrait être élu avec 28 % ou 30 % des votes, ça ne vient rien changer à ce niveau-là, mentionne-t-il. Ça va faire en sorte qu’on va avoir davantage de gouvernement minoritaire et d’instabilité politique. Ça veut aussi dire des circonscriptions plus grandes donc des députés qui sont moins près de la population. Je vais m’opposer à la réforme du mode de scrutin. »