Les athlètes de l'Estrie rentrent au bercail avec une sixième place et 24 médailles.

L'Estrie sourit malgré une finale décevante à la voile

L'athlète en voile Thierry Turcotte aurait certainement voulu connaître une meilleure fin de compétition aux Jeux du Québec, présentés à Thetford Mines. C'est que la finale de son sport a été annulée, puisqu'il n'y avait pas de vent sur le lac.

L'athlète estrien termine donc la compétition à une seule place du podium, en quatrième position.

« Quand il n’y a pas assez de vent, on ne peut pas faire de course, car ce serait lent et plate, explique le jeune homme. Ils ont décidé d’annuler la course, de prendre les trois premières positions et de leur donner des médailles. »

« Ce sont des choses qui arrivent, ce n’est pas grave, poursuit-il. Reste que c’est le fun, on est contents pour les gagnants. »

Cependant, le jeune homme se réjouit des performances qu'il a livrées au cours de ces jeux. « Je trouve ça très plaisant. Je les ai faits trois fois et j’espère avoir une quatrième présence. Les gens s’encouragent. Au départ, je voulais terminer dans le top-10 », rappelle le passionné de voile.

Porte-drapeau et quintuple médaillé

De son côté, le cycliste Médéric Carrier a eu l’honneur de porter le drapeau de l’Estrie pour la cérémonie de clôture. Celui qui a remporté deux médailles d’or, deux d’argent et une de bronze ne s’attendait pas à connaître d’aussi grands Jeux.

« Je suis vraiment content, assure le cycliste. J’ai donné tout ce que j’avais. Je m’attendais à avoir une médaille. C’est vraiment au-delà de mes attentes. Ça me fait plaisir d’être porte-drapeau », mentionne-t-il.

Celui qui est reconnu pour son leadership en était à sa première participation aux Jeux du Québec. « Je pense être un bon leader. Je parlais et félicitais tout le monde après les courses. Mes parents m’ont appris le respect et la notion d’être correct avec tout le monde. Il faut être bon gagnant et bon perdant », commente celui qui en était à ses premiers Jeux.

Pour le chef de mission Nicolas Vanasse, Médéric Carrier méritait ce titre. « Sa concentration, sa discipline et sa préparation m’ont impressionné. J’ai vu un véritable athlète en ce jeune. Ça ne passe pas inaperçu dans la délégation. Médéric a su transcender son sport et donner des apprentissages au reste de la délégation », explique-t-il.

Une belle compétition

L’Estrie peut être fière de ses athlètes, pense Nicolas Vanasse. « Nous sommes vraiment satisfaits. Au niveau des sports d’équipe, nous n’avons qu’une seule médaille, mais je suis particulièrement fier de mes entraîneurs qui ont vu juste. Ils ont positionné les équipes aux bons endroits et ont proposé des objectifs difficiles, mais réalistes. Pour nous, en termes de développement sportif et d’expérience, c’est réalisé », assure-t-il, fier.

« De manière plus générale, pour ce qui est des performances, la grande majorité des athlètes ont réussi à atteindre les objectifs qu’ils s’étaient fixés, continue-t-il. Nous en sommes bien fiers. »

Comme beaucoup d’athlètes du deuxième bloc étaient très jeunes, l’Estrie a un bel avenir en matière de sport. « On souhaite d’être forts dans tous les blocs. On se met en mode développement sportif pour tous les clubs. Cependant, la performance aux Jeux du Québec n’a jamais été dans notre priorité, c’est important de le souligner. On n’embarque pas dans la course aux médailles, on est plus dans l’expérience et le développement des jeunes », résume M. Vanasse.

Les prochains Jeux du Québec d’été seront présentés en 2020 à Laval. Les Jeux d’hiver seront présentés en 2019 à Québec.