L'essence grimpe à 99 ¢ le litre

La pression à la hausse sur les prix de l'essence a finalement fait son effet dans la région de Sherbrooke. Mardi matin, certains détaillants affichaient 99 ¢ le litre de carburant ordinaire.
D'autres vendaient à 93 ¢, en hausse de deux cents depuis la veille.
Il fallait s'y attendre, car les indicateurs allaient dans ce sens depuis plusieurs jours. Selon le CAA-Québec, l'essence doit se vendre à environ 99 ¢ dans la région estrienne, d'après l'estimation du «prix réaliste».
Ce prix est calculé en fonction de l'indicateur quotidien du coût d'acquisition (93 ¢) et de la marge au détail moyenne des 52 dernières semaines (6,8 ¢).
La semaine dernière, l'organisme calculait qu'il se situait à 97 ¢, alors que le prix affiché chez les stations-service était à 91 ¢ à Sherbrooke.
Dans les régions limitrophes, comme le Centre-du-Québec et en Montérégie, le prix subit aussi une pression à la hausse.
C'est en janvier dernier que le prix de l'essence ordinaire avait passé sous la barre du 1 $ le litre dans la région estrienne.
Des quantités moindres
Cette hausse survient quelques heures après qu'on apprenait que les quantités de carburant vendues par des stations-service de l'Estrie et du Centre-du-Québec sont moindres que celles indiquées à la pompe. De 2010 à 2015, certains détaillants ont vendu moins d'essence qui a été payée par les consommateurs, selon les données d'Industrie Canada, obtenues par ICI Radio-Canada en vertu de la Loi sur l'accès à l'information.
On estime que ces imprécisions pourraient avoir coûté près de 20millions $ aux consommateurs à l'échelle du pays.