Plus de 2000 contraventions ont été dirtribuées aux abords des écoles de Sherbrooke pour excès de vitesse en 2016. «Nous demanderons à nos policiers d'en faire encore plus», promet le président du comité de sécurité publique, Marc Denault.

Les zones scolaires seront étendues

Les zones où la limite de vitesse est abaissée à 30 km/h autour des écoles s'élargiront au cours des prochains mois. Les élus municipaux ont entériné des changements pour des zones où circulent des piétons, des vélos, des autobus et des automobiles autour de 25 des 35 écoles primaires du territoire.
Cette limite de 30 km/h près des écoles est appliquée pendant les heures de classe, soit de 7 h à 17 h, en semaine, de septembre à juin.
« En décembre 2016, nous avions parlé de réduire la vitesse à 40 km/h sur l'ensemble du territoire. L'idée ne semblait pas faire l'unanimité, donc nous avons opté pour le statu quo. En janvier 2017, le comité de sécurité publique s'est penché sur la situation autour des écoles primaires, avec une attention particulière à celles adjacentes à un parc. L'objectif est de rendre nos rues encore plus sécuritaires », explique le président du comité de sécurité publique, Marc Denault.
Philippe Côté, ingénieur-coordonnateur, explique qu'après avoir réduit la limite devant les écoles en 2013, une diminution de la vitesse a effectivement été observée dans les zones visées. « Mais certaines zones de 30 km/h sont tellement courtes qu'il est difficile pour les policiers d'appliquer le règlement. Nous avons donc allongé des zones trop courtes, ajouté des portions affectées par un fort achalandage d'entrée et de sortie, inclus des zones problématiques et porté une attention particulière aux parcs adjacents aux écoles. »
Si les zones près de 25 écoles seront modifiées, la sécurité a été jugée adéquate autour des 10 autres établissements.
Danielle Berthold a voulu savoir si on avait tenu compte de la présence de brigadiers, craignant un ralentissement important sur le chemin Galvin. « Qu'on me comprenne bien, je ne suis pas contre la sécurité des enfants, mais s'il y a des brigadiers, la circulation est peut-être déjà bien contrôlée. »
«En faire plus»
Philippe Côté a répondu qu'il ne s'agissait pas d'un facteur qui avait pesé dans la décision.
Le défi, dit Marc Denault, sera de faire respecter la nouvelle règlementation. « En 2016, c'est plus de 2000 contraventions qui ont été délivrées dans des zones scolaires. C'est qu'il y a des opérations. Nous demanderons à nos policiers d'en faire encore plus. Peut-être dans un avenir plus loin, nous pourrons regarder pour des dos d'âne, des bollards ou des avancées de trottoirs », a-t-il dit.
Annie Godbout aurait souhaité que la rue Michel-Ange, dans le secteur de l'école de la Maisonnée, fasse partie du projet. Elle aurait aussi aimé que les conseillers soient consultés avant l'application du règlement. Elle se dit par ailleurs déçue que la mesure ne soit pas étendue près de tous les parcs. « Les services n'avaient pas le temps de préparer un dossier pour 160 quelques parcs à ce moment-ci », a répondu Serge Paquin.
Chantal L'Espérance, elle, rapporte « un cafouillage complet » le matin près de l'école Sainte-Anne, et aurait aimé que la vitesse soit revue sur la rue Elgin.
Pierre Tardif proposait même de réduire la vitesse à 30 km/h même en dehors des périodes de classe.
« Il faut se fier à l'intelligence des gens. Je ne pense pas qu'ils adhéreraient à une proposition comme celle-là », a rétorqué Serge Paquin.
Diane Délisle a demandé la clémence des policiers sur le boulevard Bertrand-Fabi, où la limite de vitesse venait de passer de 70 à 50 km/h. Elle descendra à 30 km/h devant l'école du Boisé-Fabi. « Il faut laisser le temps aux gens de s'habituer. »
Enfin, Nicole Bergeron a souhaité que les parents encouragent leurs enfants à aller à l'école à pied ou en vélo, ce qui contribuerait à régler une partie du problème de circulation automobile autour des écoles. « Il y a un côté de responsabilisation personnelle là-dedans. »
Une signalisation sera installée pour avertir les automobilistes des changements à venir