Les salaires ont bondi en 2017

Le revenu des Estriens a bondi de façon importante en un an. La hausse est même de 3,5 pour cent de 2016 à 2017.

C’est le constat qu’on dresse en consultant les chiffres diffusés mardi par l'Institut de la statistique du Québec. Si le revenu d’emploi médian était à 36 743 $ en 2016, il a grimpé à 38 014 $ l’an dernier.

C’est dans la MRC de Memphrémagog que la hausse est à plus vigoureuse, avec un gain de 5 pour cent, de 35 042 $ à 36 802 $.

On remarque aussi une forte progression dans la MRC des Sources, où les salaires demeurent les plus bas. La région d’Asbestos revendique 4,8 pour cent de hausse du revenu médian, soit de 31 287 $ en 2016, vers 32 777 $ l’année suivante.

C’est à Sherbrooke que les salaires sont le plus élevés en Estrie. La hausse est de 2,9 pour cent pour frôler les 40 000 $ (de 38 834  à 39 958 $).

L’Estrie est toutefois à la traîne en comparaison avec les salaires de nombreuses régions québécoises, comme Lanaudière avec 41 780 $ (+2,9%), Chaudière-Appalaches à 42 163 $ (+ 3,5%), Montréal à 38 246 $ (+2,5%), la Capitale -Nationale à 44 569 $ (+3,3%).

Plus de travailleurs

Pendant ce temps, le nombre de travailleurs (de 25 à 64 ans) connaissait une légère augmentation, soit de 0,4 pour cent. On dénombrait 122 254 personnes en emploi en 2017, contre 500 de moins l’année précédente.

Si la MRC de Memphrémagog a connu un bond des salaires, elle a aussi attiré plus de travailleurs en Estrie, de 18 697 à 18 874 (+0.9%). Le pourcentage de hausse est le même à Sherbrooke, avec une progression de 62 023 travailleurs en 2016 à 62 584 l’année suivante.

Le Granit perd énormément de travailleurs. Le nombre a chuté de 1,8 pour cent, pour chuter sous les 8000 personnes de 25 à 64 ans. Selon l'Institut de la statistique du Québec, on recensait 8121 travailleurs en 2016, mais 7977 l’an dernier.

À lire aussi: Le secteur des TIC de Magog effervescent