Les policiers tombent sur des stupéfiants et des armes prohibées

Crack, cocaïne, méthamphétamine, cannabis, cigarettes de contrebande et les armes prohibées pour protéger le tout, les items saisis sur la rue Élaine C.-Poirier à Sherbrooke sont sans équivoque sur la nature de l’endroit où ils ont été trouvés.

La Groupe Accès cannabis (Actions concertées pour contrer les économies souterraines) sont débarqués au logement de Nicolas Lapointe à la suite d’informations reçues du public.

À LIRE AUSSI: La police saisit près de 13 000 cigarettes illégales

Ce dernier purgeait une peine de prison discontinue pour son implication dans le réseau de trafiquants de drogue démantelé dans le cadre du projet « Gaspésie ». Il avait été condamné à 90 jours à purger les fins de semaine et à effectuer un don de 2500 $.

Lors de la perquisition effectuée mercredi, les policiers du Service de police de Sherbrooke, son groupe d’intervention et la Régie de police Memphrémagog ont non seulement trouvé chez lui 1000 cigarettes de contrebande, mais aussi une importante quantité de stupéfiants.

« C’était visiblement un endroit d’approvisionnement en stupéfiants », explique le porte-parole du SPS, Martin Carrier.

Ce sont 1049 comprimés de méthamphétamine, 34 grammes de cocaïne, 305 comprimés de Xanax, 16 grammes de hachich, 0,55 gramme de crack et 283 grammes de cannabis qui ont été saisis.

Les policiers ont aussi saisi une carabine semi-automatique, un télescope avec visée rapide, un fusil de calibre 12 de même que de l’argent, des cellulaires et tout le matériel servant au trafic de stupéfiants.

L’individu de 31 ans qui se trouvait dans le logement a comparu au palais de justice de Sherbrooke pour être accusé de multiples accusations.

Nicolas Lapointe

Nicolas Lapointe est accusé de possession de stupéfiants dans le but de trafic, de trafic de stupéfiants, de possession d’armes prohibées, de contrebande de tabac ainsi que de divers bris d’ordonnance.

Son avocat Me Christian Raymond a reporté le dossier au 8 octobre prochain.

Lapointe demeure détenu en attendant la suite des procédures.