Même si les immigrants forment 10% de la population sherbrookoise, ils ne sont que 5% à accuper l'un des différents emplois offerts par la Ville.
Même si les immigrants forment 10% de la population sherbrookoise, ils ne sont que 5% à accuper l'un des différents emplois offerts par la Ville.

Les personnes immigrantes sous représentées à la Ville

SHERBROOKE — Ce sont environ 5 % des employés de la Ville de Sherbrooke qui sont issus de l’immigration ou de minorités visibles. La population immigrante représente pour sa part 10 % des citoyens sherbrookois. À la Société de transport de Sherbrooke (STS), ce sont 23 % des employés qui sont issus des communautés culturelles. 

Ces données ont été révélées lundi, au conseil municipal, au cours d’une présentation du plan d’action en immigration. Annie Godbout, présidente du comité des relations interculturelles, indiquait que ce sont 61 employés de la Ville qui sont issus de minorités visibles, 22 issus des minorités ethniques et 11 sont autochtones.

Marc Denault, conseiller du district du Golf et président de la STS, juge qu’il est tout à fait opportun d’avoir un plan d’action lié à l’immigration dans le contexte actuel en Amérique du Nord. Il a rappelé que Sherbrooke a été la première ville fusionnée à se doter d’une politique sur l’immigration. 

« À une époque, 6 % des Sherbrookois étaient des personnes immigrantes et l’administration municipale avait pris une décision que 6 % des employés municipaux seraient des personnes immigrantes », dit-il. 

Annie Godbout a alors mentionné que si la cible était encore de 6 %, il resterait du travail à faire. 

« Ce serait intéressant d’envoyer un message clair. Il serait intéressant de voir dans nos voitures de police des gens d’autres nationalités et de montrer qu’on est un peuple des plus inclusifs », a ajouté M. Denault avant d’exposer quelques statistiques concernant la STS.

Sur 256 employés au service de transport en commun, 59 sont issus de l’immigration. En plus du Canada, les employés proviennent de 13 pays différents, entre autres de la Colombie (29) et de l’ex-Yougoslavie (12). 

À la STS, 23 % des employés sont issus de l’immigration. Ils proviennent de 13 pays différents, en excluant le Canada.

Au Service des communications de la Ville, on indique qu’il n’y a jamais eu de cible chiffrée pour l’embauche de citoyens issus de l’immigration, mais que l’objectif demeure d’avoir des employés représentatifs de l’ensemble de la population.

Annie Godbout défend ce concept et propose d’accentuer les activités de parrainage favorisant l’intégration de personnes immigrantes. « Deux par année, ce n’est pas suffisant. J’en parle souvent à la direction générale et aux ressources humaines. On me dit qu’on préfère miser sur la qualité plutôt que la quantité. C’est une belle façon de donner une première expérience aux personnes immigrantes. S’il n’y a pas de place à la Ville par la suite, ça reste un atout de dire qu’on a fait un stage pour une Ville. »

Mme Godbout estime que la Ville doit exercer un leadership économique et donner l’exemple. « On m’a déjà dit que ce n’était pas de compétence municipale de stimuler l’intégration économique des personnes immigrantes. Il y a eu des changements aux ressources humaines. Peut-être est-il temps de prendre un virage. »

Enfin, la présence importante de personnes immigrantes au sein de la STS n’est que le fruit du hasard, explique Patrick Dobson, directeur général de l’organisation. « Nous aimerions bien dire que c’est grâce à nous et que nous avons fait quelque chose de spécial, mais nous choisissons en fonction des compétences, sans considérer les origines. Il est vrai que certaines communautés ont référé des amis ou des membres de leur famille, mais si nous les avons embauchés, c’est qu’ils avaient les qualifications. »

M. Dobson rapporte qu’il arrive que la clientèle de la STS ait des comportements répréhensibles envers les employés issus des communautés. « Nous n’avons pas eu de dérapages majeurs. Nous n’avons à ma connaissance pas eu à porter plainte. Il reste que nous prenons au sérieux tout comportement déplacé. »