Le Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke rouvrira officiellement le 5 juin.
Le Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke rouvrira officiellement le 5 juin.

Les musées ont besoin de plus de temps

Même s’ils peuvent rouvrir à partir du 29 mai, peu de musées au Québec seront prêts à le faire aussi tôt selon Michelle Bélanger, présidente de la Société des musées du Québec.

« C’est une date à laquelle on peut commencer à ouvrir, précise Mme Bélanger, aussi directrice générale du Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke. Qu’on soit petit ou grand, on doit penser à embaucher. On n’avait pas fait d’embauches parce qu’on ne savait pas quand on allait ouvrir. Il y aura peut-être une minorité de musées ouverts le 29, la majorité va ouvrir dans la semaine suivante. »

Dans le cas du Musée de la nature et des sciences de Sherbrooke, beaucoup d’ajustements seront nécessaires.

« On oublie les groupes scolaires et les camps de jour, admet Mme Bélanger qui souhaite ouvrir en même temps que les autres musées du centre-ville. Le parcours du musée va être modifié. Les gens vont entrer par la porte principale, mais ressortiront par une autre. On va avoir des surveillants dans les salles qui pourront activer les éléments interactifs. On va inviter aussi les gens à réserver. On est à pied d’œuvre pour se réinventer. »

Le Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke (MBAS), qui ignore toujours sa date de réouverture officielle, estime lui aussi avoir besoin de beaucoup plus d'une semaine de préparation avant de recevoir à nouveau le public. « On est très heureux, avance la directrice générale et conservatrice en chef du MBAS, Maude Charland-Lallier. Je crois profondément que la culture est un service essentiel et qu’elle contribue au bien-être collectif. Ce sera une source de réconfort en ces temps difficiles. » 

Proactif depuis le début du confinement, l’établissement a déjà en main son plan de relance, et s’est procuré une grande partie de matériel de protection nécessaire. Il ne lui restera qu’à l’ajuster en fonction du plan préparé par la CNESST. « Ça engendre des frais importants, indique néanmoins Mme Charland-Lallier. On aura d’ailleurs besoin de plus de personnel pour respecter les mesures sanitaires. » 

Sylvie L. Bergeron, présidente du Conseil des arts et de la culture de l’Estrie, reste « sur sa faim ». « On n’a pas appris grand-chose aujourd’hui [vendredi], sinon que le milieu de la culture allait se déconfiner graduellement, du moins compliqué au plus compliqué, commente-t-elle. On sait que ce n’est pas simple et qu’on ne peut pas tout rouvrir en même temps, mais mes collègues dans le secteur du spectacle sont impatients. »

Un gros week-end pour le Ciné-Parc Orford

Les propriétaires du Ciné-Parc Orford ont appris en même temps que tout le monde qu’ils avaient l’autorisation d’ouvrir vendredi prochain, lors de l’annonce faite en point de presse. 

« C’est une belle surprise, on est content, mais il reste des trucs à clarifier, le gouvernement devrait nous transmettre bientôt le détail des mesures qu’on devra mettre en place, notamment pour la cantine et les toilettes. On va redoubler d’efforts ce week-end pour planifier nos opérations et voir ce qu’on présentera. Il est possible qu’on se tourne vers des films qui ne sont pas tout récents, mais qui sont disponibles en format cinéma numérique », exprime François Pradella, copropriétaire du Ciné-Parc Orford. La programmation sera affichée prochainement sur le site web et la page Facebook de l’établissement. 

De son côté, la Ville de Sherbrooke ne sait pas encore exactement quand la bibliothèque Éva-Sénécal rouvrira. Selon elle, il n’est pas obligatoire d’ouvrir la bibliothèque le 29 mai. Des nouvelles pourraient être transmises dans les prochains jours.

Avec Jasmine Rondeau, Tommy Brochu et Karine Tremblay