Les ingénieurs de l'État font sentir leur mécontentement

Les ingénieurs de l'État québécois ont fait sentir leur mécontentement face au gouvernement du Québec en tenant une manifestation vendredi matin, au coin de la rue King et du boulevard Jacques-Cartier.
manif des ingénieurs king ouestphoto rene marquis
En grève depuis le 24 mai, les membres de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) sont en négociation depuis 2014. Outre de meilleurs salaires, ils réclament une plus grande expertise professionnelle au sein de l'État québécois. Ils dénoncent le recours quasi systématique à l'entreprise privée.
« Le recours de plus en plus grand au privé présentent des risques de corruption et de collusion, comme on l'a vu à la Commission Charbonneau », a indiqué Annie Beaudoin, porte-parole de l'Association professionnelle des ingénieurs du gouvernement du Québec (APIGQ) en Estrie.
En Estrie, le syndicat compte 29 membres répartis au sein de trois ministères : Transport, Environnement et Agriculture, pêcheries et Alimentation.
Au terme de leur manifestation, les syndiqués se sont rendus au bureau du député Luc Fortin afin de lui remettre une copie du mémoire déposé par l'APIGQ aux audiences de la Commission Charbonneau.